requiem

Site Hector Berlioz

Berlioz à Paris

Concerts et exécutions 1825-1869

Page d'accueil     Recherche

 

conductor

Contenu de cette page

Présentation 
Berlioz chef d’orchestre 
Table des concerts et exécutions 1825-1869

Cette page est disponible aussi en anglais

Voir aussi Concerts et exécutions 1825-1869 — textes et documents

Abréviations

CG = Correspondance générale (8 tomes, 1972-2003)
CM = Critique musicale (8 tomes parus, 1996-2016)
NL = Nouvelles lettres de Berlioz, de sa famille, de ses contemporains (2016)
H suivi d’un chiffre = numéro d’une œuvre de Berlioz dans le Catalogue de Holoman
Holoman Catalogue = D. Kern Holoman, Catalogue of the Works of Hector Berlioz (1987)
Tiersot = Julien Tiersot ‘Berlioz directeur de concerts symphoniques’, Le Ménestrel 1909-1910

Présentation

    Cette page poursuit deux buts à la fois. Elle donne une liste de toutes les exécutions connues de la musique de Berlioz qui eurent lieu à Paris du vivant du compositeur, et en même temps elle donne une liste de tous les concerts à Paris dirigés par Berlioz. On aurait pu présenter séparément deux listes pour chaque catégorie, mais le résultat aurait été de faire inutilement double emploi. En effet, à partir de la fin du 1835 la grande majorité des exécutions de musique de Berlioz à Paris seront dirigées par le compositeur lui-même, pour des raisons qu’on examinera en plus de détail ci-dessous, et la plupart des concerts dirigés par Berlioz comprendront une ou plusieurs de ses œuvres.

   Les informations sur cette page sont présentées année par année sous forme de tables chronologiques; chaque table donne la date de l’exécution ou du concert, l’œuvre ou les œuvres jouées (si possible dans l’ordre suivi au concert) avec mention des solistes (chanteurs ou instrumentistes) qui participent, le lieu (salle de concert, théâtre, ou église), le chef d’orchestre, et finalement des renvois à des sources généralement contemporaines, dont de nombreux sont munis de liens aux textes dans l’original. Après chaque table on trouve quand il y a lieu des notes supplémentaires sur certains concerts. Tous les concerts à Paris dirigés par Berlioz sont signalés par un *astérisque, d’où l’on peut constater qu’à partir de 1836 jusqu’à 1859 la grande majorité des concerts ou exécutions recensés sont dirigés par Berlioz lui-même, à l’exception du Requiem en 1837 et Benvenuto Cellini en 1838 et 1839. Dans les années 1860 le nombre de concerts diminue considérablement ainsi que la part qu’y prend Berlioz, et il ne sera pas admis à diriger aucune des exécutions des Troyens en 1863.

    En établissant la liste des ouvrages exécutés à chaque concert on a adopté les principes suivants:

Les sources

    Les sources primaires utilisées sont en premier lieu les écrits de Berlioz: sa correspondance, ses travaux critiques (notamment ses feuilletons pour le Journal des Débats), et ses ouvrages autobiograpiques (et particulièrement ses Mémoires posthumes). En second place vient la presse parisienne de l’époque: annonces de concerts, comptes-rendus et autres articles. Un grand nombre de lettres du compositeur (ou du moins des extraits de celles-ci) se trouvent transcrites dans une page annexe de Textes et documents, où les textes sont disposés en ordre chronologique année par année; cette page comprend en outre quelques extraits de la presse contemporaine. D’un autre côté les liens indiqués renvoient souvent à d’autres pages sur ce site; par exemple, la première exécution du Requiem en 1837 est traitée en détail sur une page concernant les Invalides, tandis que les exécutions ultérieures de 1846, 1850 et 1852 sont traitées dans une page consacrée à Saint-Eustache. Pour les concerts de 1850 et 1851 on renverra le lecteur à la page sur La Société Philharmonique, 1850-1851 avec sa page annexe de Textes et documents. De façon générale, on a utilisé et transcrit les écrits de Berlioz plus systématiquement que la presse contemporaine; pour cette dernière on trouvera une liste de ce qui est reproduit sur ce site dans la page Berlioz: Exécutions et articles contemporains, à laquelle de nouveaux textes sont ajoutés de temps en temps. 

    La liste de concerts et exécutions présentée ici se veut aussi complète que possible, mais comporte certainement des lacunes et des erreurs, qu’on s’efforcera de compléter ou corriger par la suite. Pour rassembler les informations reproduites sur cette page on a naturellement consulté les travaux de prédecesseurs dans ce domaine. On citera en particulier l’étude novatrice de Julien Tiersot, ‘Berlioz directeur de concerts symphoniques’, publiée dans Le Ménestrel en 1909-1910; si l’information dont disposait Tiersot à l’époque a nécessairement vieilli, son travail n’en garde pas moins sa valeur et son intérêt, comme c’est le cas aussi pour l’ensemble de la série d’articles de Tiersot intitulée Berlioziana qu’on trouvera reproduite intégralement sur ce site. Parmi les travaux plus récents citons celui mentionné ci-dessus de Holoman, Catalogue of the Works of Hector Berlioz, qui dresse une liste de toutes les exécutions connues de la musique de Berlioz de son vivant, avec citation des sources, mais uniquement des écrits de Berlioz et malheureusement pas d’autres sources (telles que la presse parisienne). Le Berlioz de Holoman (1989) contient aussi dans l’Appendice C (‘Concerts’, p. 612-27) une liste de tous les concerts donnés par Berlioz à Paris et à l’étranger, mais sans citation de sources contemporaines. Le Calendrier Berlioz de Pierre Citron (2000) recense parmi tous les événements de la vie du compositeur ses concerts, mais ici aussi sans renvoi aux sources. Soit dit en passant, les listes données dans ces trois livres comportent parfois quelques lacunes ou erreurs. Dans la mesure du possible nous avons cherché à vérifier les données présentées sur ces pages d’après la documentation contemporaine, mais elle n’est pas toujours aisément disponible et des incertitudes persistent.

Une vue d’ensemble

    Les nombreux concerts donnés par Berlioz à l’étranger sont traités en détail dans une série de pages sur ce site: voir les pages sur Berlioz en Allemagne et en Europe centrale, Berlioz et la France (concerts en dehors de Paris), Berlioz et la Russie, Berlioz à Londres, et Berlioz en Belgique. Les listes présentées ci-dessous des concerts de Berlioz à Paris sont à confronter avec ces autres pages; prises ensemble elles donnent une vue presque complète de tous les concerts donnés par Berlioz en France et à l’étranger de son vivant — mais non des exécutions de sa musique à l’étranger, dont un certain nombre n’ont pas été dirigées par le compositeur, ce qui devient plus fréquent dans les dernières années de sa vie.

    On n’analysera pas en détail les données présentées ici, et le lecteurs pourra poursuivre lui-même ses propres enquêtes. Mais si l’on compare les tables ci-dessous avec la liste complète des œuvres musicales de Berlioz mentionnée ci-dessus, on constatera que la grande majorité des premières exécutions de la musique de Berlioz de son vivant a eu lieu à Paris. Ceci s’applique notamment aux quatre symphonies (et à la suite de la Symphonie fantastique, le Retour à la vie), aux grandes œuvres pour chœur (la juvénile Messe solennelle, le Requiem et le Te Deum), la Damnation de Faust, l’Enfance du Christ, parmi les opéras Benvenuto Cellini et la deuxième partie des Troyens (les Troyens à Carthage), et à un certain nombre d’œuvres plus courtes pour voix, chœurs ou orchestre (y compris la plupart des ouvertures). Le nombre d’ouvrages exécutés pour la première fois à l’étranger est en comparaison très restreint: quelques mélodies et œuvres pour voix, dans la version originale ou une version révisée: La Belle voyageuse — Stuttgart, 1842; Absence — Dresde, 1843; Zaïde — Vienne, 1845; Le Chasseur danois — Vienne, 1845 et Prague, 1846; le Repos de la sainte famille — Londres, 1853; l’instrumentation du Roi des aulnes (Erlkönig) de Schubert — Bade, 1860. En plus quelques œuvres pour orchestre de moindre étendue: la version originale de la Marche hongroise — Pesth, 1846, et l’ouverture du Corsaire — Brunswick, 1854. Parmi les ouvrages de plus grande envergure on ne peut citer que la deuxième version du Retour à la vie — Weimar, 1855, et, le plus important, le dernier opéra de Berlioz, Béatrice et Bénédict — Bade, 1862.

    On ajoutera que quelques ouvrages de Berlioz, et parmi les plus grands, n’ont jamais été exécutés du vivant de Berlioz: citons notamment le cycle des Nuits d’été dans la version pour orchestre, les trois morceaux réunis sous le nom de Tristia, et surtout la première partie des Troyens (La Prise de Troie): Berlioz n’a jamais entendu ce qui est sans doute son chef-d’œuvre tel qu’il l’avait conçu à l’origine.

Berlioz chef d’orchestre

    ‘Quel tableau que celui de Berlioz à la tête de son orchestre, avec son visage d’aigle, sa touffe de cheveux, son air d’autorité, rayonnant d’enthousiasme! Il était le chef d’orchestre le plus parfait que j’aie jamais vu, il exerçait une autorité absolue sur ses hommes, et jouait sur eux comme un pianiste sur un clavier’. Ainsi s’exprime Charles Hallé dans ses souvenirs d’un demi-siècle plus tard: ses impressions de Berlioz chef d’orchestre remontent à la fin des années 1830 et au début des années 1840, quand il entend Berlioz diriger ses concerts (par exemple les premières exécutions de Roméo et Juliette en novembre et décembre 1839), et joue lui-même plusieurs fois sous sa direction (concerts du 1er et 15 février 1842; du 19 février 1845). D’autres témoignages viennent rejoindre celui de Hallé, tel celui de Hans von Bülow. En avril 1854 il écrit à Liszt de Dresde, et commente en ces termes la direction de Berlioz de l’orchestre de Dresde: ‘Toute la Chapelle et les chanteurs voguent à pleines voiles dans l’enthousiasme. Ils sont heureux d’apprendre à estimer à leur juste valeur leurs talents et leurs capacités, par cet incomparable chef d’orchestre’.

    Le jeune Berlioz, inspiré par sa lecture à La Côte-Saint-André des biographies de Gluck et de Haydn dans la Biographie universelle de Michaut, rêvait de devenir un grand compositeur (Mémoires, chapitre 4): mais à cette époque il ne songeait pas encore à être un grand chef d’orchestre. Quand il arrive à Paris en 1821 il est enthousiasmé par les représentations à l’Opéra des œuvres de Gluck, Spontini et d’autres, et par les grands chanteurs qu’il y entend (notamment Mme Branchu); il commence aussi à nouer des amitiés avec des instrumentistes et à étudier les possibilités techniques et expressives de leurs instruments. Mais les chefs d’orchestre figurent peu dans ses récits de ses premières impressions musicales à Paris. Quand il veut faire exécuter sa précoce Messe solennelle à Saint-Roch en 1824 et 1825, il s’adresse à un chef d’orchestre de profession (Valentino), à cause de son manque d’expérience (Mémoires chapitres 6 et 8). Il est remarquable de le voir s’aventurer à diriger lui-même la deuxième exécution de l’ouvrage à Saint-Roch en 1827 (Mémoires chapitre 8); il affirme s’en être bien tiré, mais ajoute:

Que j’étais loin pourtant de posséder les mille qualités de précision, de souplesse, de chaleur, de sensibilité et de sang-froid, unies à un instinct indéfinissable, qui constituent le talent du vrai chef d’orchestre ! et qu’il m’a fallu de temps, d’exercice et de réflexions pour en acquérir quelques-unes !

    Début précoce dans la voie de chef d’orchestre, mais sans lendemain immédiat: pendant plusieurs années Berlioz continue à confier l’exécution de sa musique à des chefs experimentés. Le premier concert qu’il donne qui soit consacré entièrement à sa musique (26 mai 1828) est dirigé par Bloc, le second par Habeneck (1er novembre 1829) qui dirige ensuite la première exécution de la Symphonie fantastique (5 décembre 1830) puis du même ouvrage avec sa suite Le Retour à la vie (9 et 30 décembre 1832). En 1833 Berlioz s’aventure à nouveau à monter sur le pupitre (concert du 24 novembre), mais de son propre aveu (Mémoires chapitre 45) son inexpérience le mène à un échec coûteux, qu’il doit réparer en faisant appel de nouveau à un chef experimenté. Cette fois c’est Narcisse Girard, avec lequel il entretient depuis quelque temps de bonnes relations (Mémoires chapitres 27 et 45). La collaboration avec Girard se poursuit pendant deux ans, jusqu’à la première exécution d’Harold en Italie (22 novembre 1834). La maladresse de Girard avec la nouvelle partition amène un changement de cap décisif (Mémoires chapitre 45): ‘Je résolus de conduire moi-même désormais, et de ne plus m’en rapporter à personne pour communiquer mes intentions aux exécutants’. C’est de ce moment que date la méfiance de Berlioz envers tous les chefs d’orchestre pour l’interprétation de sa musique, méfiance qui durera toute sa vie (voir par exemple CG nos. 1543, 1631; Mémoires Post-scriptum, et les remarques dans la page Pionniers et partisans). À dater de décembre 1835 jusqu’en 1859 presque toutes les exécutions de musique de Berlioz à Paris sont dirigées par l’auteur, avec peu d’exceptions. Les plus importantes sont le Requiem en 1837, dirigé par Habeneck, qui jouissait d’un monopole de fait pour l’exécution de toute musique pour les cérémonies publiques (Mémoires chapitre 46), et Benvenuto Cellini en 1838 et 1839, dirigé aussi par Habeneck, puisque dans les théâtres lyriques en France l’auteur n’était pas autorisé à diriger ses propres œuvres…

    Berlioz se voit donc contraint de devenir son propre chef d’orchestre, non pour amorcer une carrière de chef d’orchestre, mais pour assurer tout d’abord une restitution fidèle de ses propres œuvres. Dans ce domaine, sans doute plus encore que dans n’importe quel autre, il est obligé d’être entièrement autodidacte: l’art du chef d’orchestre en est à ses débuts et n’existe pas encore comme discipline indépendante qu’on enseignerait au Conservatoire de Paris ou dans toute institution comparable en Europe (voir les remarques de Berlioz à ce sujet dans ses Mémoires, à propos du Conservatoire de Prague en 1846). En tant que compositeur Berlioz peut s’inspirer de ses grands prédécesseurs et modèles: notamment Gluck, Spontini, Weber et Beethoven. Mais pour la direction d’orchestre les modèles lui font totalement défaut: pour obenir les résultats voulus il se voit donc contraint d’être novateur. Par exemple, au lieu de convoquer tous les exécutants pour chaque répétition, il introduit et généralise la pratique infiniment plus efficace des répétitions partielles. Il abandonne aussi l’usage très répandu de battre la mesure avec un archet de violon, auquel il substitue une baguette de sapin (Habeneck se servait encore d’un archet; cf. Mémoires chapitre 48); un critique (François Schwab) utilise l’expression frappante d’un ‘sceptre d’acier aimanté’ pour décrire la baguette de chef d’orchestre entre les mains de Berlioz (CG no. 2311). Outre les préparatifs purement musicaux que tout concert réclame — la préparation de parties instrumentales et vocales, le recrutement de musiciens capables, le procurement au besoin d’instruments spéciaux, la location de salles pour les répétitions et le concert — il faut aussi songer à organiser à l’avance la publicité pour les concerts à venir, et s’assurer d’une bonne presse après coup. Il est remarquable de voir Berlioz réussir à apprendre tellement en si peu de temps: il dirige son premier concert dans son nouveau rôle le 13 décembre 1835 (CG no. 454) et en quelques années sa maîtrise des exécutants placés sous ses ordres s’affirme, comme le démontre par exemple les trois exécutions consécutives de Roméo et Juliette en novembre et décembre 1839.

    D’après le règlement du Prix de Rome de composition musicale, le voyage de Berlioz en Italie de 1831 et 1832 aurait dû être suivi à bref délai par un voyage équivalent en Allemagne. En l’occurrence le départ pour l’Allemagne sera retardé de plus de dix ans. Il y avait pour cela des raisons personnelles: son mariage avec Harriet Smithson en 1833, le besoin de gagner sa vie par ses travaux de critique musical, et son désir d’établir sa position à Paris. S’y ajoutent des impératifs musicaux: Berlioz doit d’abord garnir son répertoire de partitions à exécuter à l’étranger au cours de son voyage, et il doit ensuite développer son talent de chef d’orchestre et d’organisateur de concerts, sans lesquels le voyage en Allemagne aurait été sans objet. Le voyage s’avère très instructif du point de vue pratique: Berlioz apprend à organiser des concerts en voyage, dans un pays étranger et avec des orchestres et des musiciens qu’il ne connaît pas, et qui n’ont pas l’habitude de sa musique. Comme beaucoup de ses partitions sont encore inédites, il doit transporter avec lui une grande quantité de partitions et de matériel d’orchestre. On peut mesurer les progrès rapides qu’il accomplit en ce domaine par un passage au début de sa troisième lettre sur son voyage en Allemagne, lettre adressée à Liszt et publiée d’abord dans le Journal des Débats du 28 août 1843 avant d’être reprise dans les Mémoires. Il y établit un contraste frappant entre le pianiste virtuose en voyage, tel que Liszt, et le chef d’orchestre dans la même situation: la tâche de ce dernier est au départ infiniment plus difficile, mais sa récompense a pour finir bien plus de prix que celle du soliste virtuose. — Des années plus tard, au cours de son voyage à Londres en 1855, l’éditeur Novello demandera à Berlioz de consigner par écrit pour le bien de tous ce qu’il a appris sur la conduite d’orchestre au cours de sa carrière; le résultat est l’opuscule L’Art du chef d’orchestre, qui sera ajouté en supplément à la deuxième édition de son Traité d’instrumentation et d’orchestration; on en trouvera le texte intégral sur ce site.

    À son retour d’Allemagne au début de l’été de 1843 Berlioz pouvait s’attendre à reprendre le cours de ses concerts à Paris: il donne un concert au Conservatoire le 19 novembre 1843, mais ce sera en fait le dernier qu’il y donnera pendant bien des années. Le succès de Berlioz comme compositeur et comme chef d’orchestre, et les liens qui se développent entre lui et les artistes, suscitent la jalousie des chefs établis, Girard et Habeneck; ils l’avaient d’abord soutenu et dirigé ses œuvres, mais ils voient maintenant en lui un rival qu’il s’agit de tenir à l’écart; on lui refuse l’accès au Conservatoire et sa musique est mise à l’index. Berlioz se voit contraint de trouver de nouvelles salles de concert — à part le Conservatoire elles manquent à Paris — et de recruter des orchestres quand il veut donner un concert: par example la Damnation de Faust aurait dû recevoir sa première exécution au Conservatoire (comme s’était passé pour la Symphonie fantastique, Harold en Italie et Roméo et Juliette dans les années 1830), mais au lieu de cela il la fait jouer à l’Opéra-Comique en décembre 1846 avec des musiciens recrutés dans ce but, et l’ouvrage ne reçoit que deux exécutions intégrales (CG no. 1092). Des fragments en seront joués de nouveau à Paris, y compris à deux reprises au Conservatoire (15 avril 1849; 7 avril 1861), mais l’intégrale de l’œuvre ne sera redonnée à Paris qu’après la mort du compositeur: à partir de 1877 la Damnation de Faust deviendra l’œuvre la plus popualire de Berlioz à Paris, et recevra pas moins de 175 exécutions par les Concerts Colonne avant la première guerre mondiale.

    Désormais Berlioz doit se tourner vers l’étranger pour déployer ses talents de chef d’orchestre: le voyage en Russie de 1847 et le succès qu’il y remporte ainsi qu’à Berlin sur le chemin du retour, compensent pour l’échec de la Damnation de Faust à Paris. Mais le voyage à Londres en 1847-8 ne répond pas à son attente, pour des raisons qui ne dépendaient pas de lui (la banqueroute de l’impresario Jullien qui l’avait invité, et les révolutions de 1848 partout en Europe). Après son retour de Londres il lance une nouvelle initiative en 1850 qui, si elle avait réussi, aurait pu résoudre ses difficultés: il fonde une nouvelle société de concerts dont il est à la fois le directeur et le chef d’orchestre, la Société Philharmonique, qui lui fournit pour la première et la dernière fois de sa carrière un orchestre à lui qui lui permet de faire entendre ses œuvres ainsi que celles d’autres compositeurs. Mais après un début prometteur l’entreprise périclite après un peu plus d’un an, pour des raisons essentiellement financières; la disparition de la société est un grave échec dans sa carrière. L’histoire de cette entreprise est racontée en détail sur une autre page de ce site.

    Outre de nouveaux succès à l’étranger (Londres en 1852, l’Allemagne la même année et les années suivantes) Berlioz reste toujours à même de remporter d’importants succès à Paris, notamment avec l’accueil chaleureux et inattendu que reçoit l’Enfance du Christ (décembre 1854), le Te Deum en 1855 et les concerts pour l’Exposition universelle la même année. Mais le nombre et la fréquence des concerts donnés par Berlioz à Paris diminue considérablement à la fin des années 1850, et dans les années 1860 il ne dirige plus qu’à trois reprises en tout (1863 et 1866). Quand Girard meurt en janvier 1860 Berlioz décide de ne pas briguer sa succession dans les deux postes importants qu’il occupait, au Conservatoire et à l’Opéra, et ne parvient pas à obtenir le troisième, moins fatigant, de Chef de la Chapelle de la cour (CG nos. 2465, 2475). Tilmant est nommé au Conservatoire, mais se retire en décembre 1863 après trois ans; Berlioz se décide alors à poser sa candidature — décision un peu surprenante, vu sa répugnance en 1860 (CG no. 2812), mais il ne vient que troisième au premier tour de scrutin, et le poste échoit à George Hainl, avec lequel il est d’ailleurs en bon termes, tout comme avec Tilmant. Berlioz dirige à Paris pour la dernière fois le 1er mars 1866. Sa carrière de chef d’orchestre n’est pas encore terminée, mais c’est à l’étranger qu’il remporte ses derniers triomphes, à Vienne en décembre 1866 et dans sa dernière tournée en Russie en 1867-8: le 8 février 1868 il donne à Saint Pétersbourg le tout dernier concert de sa carrière.

Table des concerts et exécutions 1825-1869

1825 1830 1835 1840 1845 1850 1855 1860 1865
1826 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
1827 1832 1837 1842 1847 1852 1857 1862 1867
1828 1833 1838 1843 1848 1853 1858 1863 1868
1829 1834 1839 1844 1849 1854 1859 1864 1869

Abréviations

* = concert ou exécution dirigée par Berlioz
ouv. = ouverture

1825

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
10 juillet Messe solennelle (Prévost, basse) Saint-Roch Valentino Voir Saint-Roch et la note ci-dessous

Note
(10 juillet) Première exécution de la Messe solennelle.

1826

1827

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*22 novembre Messe solennelle Saint-Eustache Berlioz Voir Saint-Eustache et la note ci-dessous

Note
(22 novembre) C’est la première fois que Berlioz dirige en public.

1828

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
26 mai Waverley, Francs-Juges (nos. 7 & 11; Mme Lebrun, Duprez, Prévost), Marche religieuse des Mages, Resurrexit, Francs-Juges (ouv.), Scène héroïque Conservatoire Bloc Mémoires chs. 18-19; CG nos. 81-5, 86, 87-90, 92 (avant le concert), 91, 93, 94 (après le concert)
Voir la note ci-dessous

Note
(26 mai) Première exécution de toutes ces œuvres; premier concert de Berlioz, consacré entièrement à ses œuvres.

1829

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
25 février Waverley Salle Feydeau ? Mémoires ch. 24; CG no. 117 (avec CG I p. 236 n. 1)
1er novembre Francs-Juges (ouv.), Waverley, Concert de sylphes (extrait des Huit scènes de Faust) Conservatoire Habeneck CG nos. 138, 140 (avant le concert), 141, 142, 143 (après le concert) et voir la note ci-dessous

Note
(1er novembre) Première exécution du Concert des sylphes.

1830

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
18 février Le Coucher du soleil, Chant sacré (extraits des Mélodies irlandaises) Athénée musical CG no. 155 Voir la note ci-dessous
30 octobre Sardanapale (Alexis Dupont, ténor) Institut Grasset Voir Institut et la note ci-dessous
7 novembre Ouverture de La Tempête Opéra ? Mémoires ch. 27 et voir la note ci-dessous
5 décembre Francs-Juges (ouv.), Chant guerrier et Chant sacré (extraits des Mélodies irlandaises), Sardanapale (Incendie; Alexis Dupont, ténor), Symphonie fantastique Conservatoire Habeneck Mémoires ch. 31; CG no. 190. Voir la note ci-dessous

Note
(18 février) Première exécution de ces deux œuvres.
(30 octobre) Première exécution de Sardanapale.
(7 novembre) Première exécution de La Tempête.
(5 décembre) Première exécution du Chant guerrier et de la Symphonie fantastique.

1831

1832

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
9 décembre Symphonie fantastique, Le Retour à la vie (Bocage, récitant; Dupont, ténor; Hébert, baryton; Fessy, piano), Francs-Juges (ouv.) Conservatoire Habeneck Mémoires ch. 44; CG nos. 293 (avant le concert), 295, 299 (après le concert). Voir la note ci-dessous
30 décembre Symphonie fantastique, Le Retour à la vie (Bocage, récitant; Dupont, ténor; Hébert, baryton; Fessy, piano), La Captive (Mme Kunze-Boulanger; Desmarest, violoncelle; Fessy, piano), Francs-Juges (ouv.) Conservatoire Habeneck CG nos. 299, 304. Voir la note ci-dessous

Notes
(9 décembre) Première exécution du Retour à la vie comme suite à la Symphonie fantastique.
(30 décembre) Première exécution de la version C de la Captive (H60).

1833

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
12 mars Francs-Juges (ouv.) Salle du Vauxhall Girard Holoman Catalogue p. 43
14 avril Rob-Roy (ouv.) Conservatoire Habeneck Mémoires ch. 39; CG no. 328. Voir la note ci-dessous
2 mai Symphonie fantastique (2-4), Le Pêcheur (du Retour à la vie; Boulanger), Francs-Juges (ouv.), Waverley Hôtel de l’Europe littéraire Girard Holoman Catalogue pp. 43, 51, 92, 112
6 juin Le Pêcheur (du Retour à la vie; Boulanger), La Chasse de Lützow, Sur les Alpes quel délice! Hôtel de l’Europe littéraire ? Holoman Catalogue pp. 112, 130, 131
*24 novembre Francs-Juges (ouv.), Weber Konzerstück (Liszt, piano), Sardanapale (Incendie; Alexis Dupont, ténor), La Chasse de Lützow, [Symphonie fantastique] Odéon (Théâtre italien) Berlioz Mémoires ch. 45; CG nos. 370, 398. Voir la note ci-dessous
22 décembre Le Roi Lear, Romance de Marie Tudor, Le Paysan breton (Boulanger, ténor), Symphonie fantastique Conservatoire Girard Mémoires ch. 45; CG nos. 361ter [VIII], 362bis [VIII], 365, NL no. 365bis (p. 127), (CG) nos. 366, 367 (avant le concert); CG nos. 369, 370 (après le concert). Voir la note ci-dessous

Notes
(14 avril) Première et unique exécution de Rob Roy.
(24 novembre) Concert à bénéfice pour Harriet Smithson; l’exécution de la Symphonie fantastique fut abandonée par suite de la défection de beaucoup des musiciens.
(22 décembre) Première exécution du Roi Lear, de la Romance de Marie Tudor (perdue), et du Paysan breton.

1834

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
9 novembre Le Roi Lear, Sara la baigneuse (Puig, Boulanger, ***, Hense), Fantaisie pour violon (Panofka), air de la Donna del Lago (Mme Willent-Bordogni), La Belle voyageuse (mêmes chanteurs que Sara), Symphonie fantastique Conservatoire Girard CG nos. 411, 412bis [tome VIII], 415, 416; Berlioz sur Berlioz; Tiersot 1909. Voir la note ci-dessous
23 novembre La Captive (Mlle Falcon), Solo de violon (Ernst), Fantaisie de et par Liszt sur deux thèmes du Retour à la vie, Le Jeune paysan breton (Mlle Falcon), Waverley, Symphonie fantastique (IV), Harold en Italie (Urhan, alto) Conservatoire Girard Mémoires ch. 45; CG nos. 409bis [VIII], 414 [VIII], 415, 416; Tiersot 1909. Voir la note ci-dessous
7/14 décembre Francs-Juges (ouv.), Andante pour piano de et par Chopin, air de Berlioz (Boulanger), le Roi Lear, Harold en Italie (Urhan, alto) Conservatoire Girard Tiersot 1909 et voir la note ci-dessous
28 décembre Symphonie fantastique (II, IV; transcription pour piano par Liszt), Morceau pour 2 pianos par Liszt (Liszt et Mlle Vial), Harold en Italie (Urhan, alto) Conservatoire Girard CG nos. 417, 420, 424, 425. Voir la note ci-dessous

Notes
(9 novembre) Première exécution de Sara la baigneuse (version H69A) et de la Belle voyageuse (version H42B). *** est sans doute Berlioz lui-même.
(23 novembre) Première exécution de la version H60D de la Captive et de la version H65B du Jeune pâtre breton; première exécution de Harold en Italie.
(7/14 décembre) Il est surprenant de constater que le troisième concert de Berlioz en 1834 est daté différemment par différents auteurs, mais sans aucune discussion: 7 décembre (p. ex. Tiersot; CM II p. 3 n. 9), ou 14 décembre (p. ex. CG; Holoman Catalogue). — Il y a divergence entre le programme annoncé dans la Gazette musicale et ce qui fut exécuté au concert (voir Tiersot). L’air de Berlioz pourrait être l’Incendie de Sardanapale (mais Holoman Catalogue p. 97 nomme Puig et non Boulanger comme ténor); deux autres airs ont peut-être été chantés par Mlle Boucault et Mme Gay-Saintville, et Mlle Heinefetter a peut-être aussi chanté un air de Donizetti.
(28 décembre) Holoman Catalogue p. 92 fait état d’une exécution intégrale à ce concert de la Symphonie fantastique.

1835

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
9 avril Le Pêcheur (du Retour à la vie; Boulanger), Liszt Fantaisie symphonique sur deux thèmes du Retour à la vie (Liszt, piano), Harold en Italie (II; Urhan, alto) Hôtel de Ville,
Salle Saint-Jean
Girard Journal des Débats 25 avril 1835; CG nos. 429, 430
3 mai Symphonie fantastique et le Retour à la vie (Geoffroy, Boulanger) Conservatoire Girard CG nos. 429, 430, 431, 432, 433, 433bis [tome VIII], 434, 435
4 juin Le Roi Lear, Le Jeune paysan breton (Ponchard), Harold en Italie (Urhan, alto) Gymnase musical Tilmant Journal des Débats 23 juin 1835; Holoman, Catalogue pp. 105, 133, 141. Voir la note ci-dessous
25 juin Francs-Juges (ouv.), Waverley, Harold en Italie (Urhan, alto) Gymnase musical Tilmant Holoman, Catalogue pp. 43, 51, 141
22 novembre Le Jeune pâtre breton (Mlle Falcon), Le Cinq mai, Harold en Italie (Urhan, alto) Conservatoire Girard CG nos. 440, 447, 448 [NL p. 133], 449. Voir la note ci-dessous
*13 décembre Le Roi Lear, Le Cinq mai, Harold en Italie (III; Alexandre Batta, alto), Symphonie fantastique Conservatoire Berlioz CG nos. 446 [tome VIII], 449ter [NL p. 134], 451, 452, 452bis [tome VIII], 453, 454

Notes
(4 juin) Version H65B du Jeune paysan breton.
(22 novembre) Première exécution du Cinq mai.

1836

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*4 décembre Harold en Italie (Urhan, alto), Symphonie fantastique; airs et musique instrumentale Conservatoire Berlioz CG nos. 481bis [tome VIII], 483bis, 483ter [tome VIII], 485. Voir Tiersot 1909
*18 décembre Harold en Italie (I, II; Urhan, alto), Francs-Juges (ouv.); Liszt Fantaisie symphonique sur deux thèmes du Retour à la vie et Symphonie fantastique (II, IV; transcription pour piano par Liszt); airs et musique instrumentale Conservatoire Berlioz CG nos. 484bis [tome VIII], 485. Voir Tiersot 1909

1837

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
5 décembre Requiem (Duprez, ténor) Invalides Habeneck Voir Invalides et la note ci-dessous

Note
(10 septembre) Première exécution de Benvenuto Cellini.

1838

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
10 septembre Benvenuto Cellini Opéra Habeneck Mémoires ch. 48; CG no. 565, NL nos. 565bis, 565ter; Auguste Morel; Xavier Boisselot; Théophile Gautier
12 septembre Benvenuto Cellini Opéra Habeneck
14 septembre Benvenuto Cellini Opéra Habeneck CG nos. 566, 567, NL no. 568bis, CG nos. 569, 570, 571, 575
25 novembre Le Roi Lear, extraits de Gluck Alceste (Alizard & Mlle Heunin), air de Lully Alceste (Alizard), Symphonie fantastique, air de Clari (Boulanger & Mlle Heunin), airs de Benvenuto Cellini (Mme Stoltz & Mme Dorus-Gras), Waverley Conservatoire Habeneck CG nos. 574, 578, 579-87 (avec CG II p. 471 n. 1), 588; Tiersot 1909
*16 décembre Harold en Italie, Le Jeune Pâtre Breton (Mme Stoltz), œuvres vocales (Donizetti, Clari, Gluck), Symphonie fantastique Conservatoire Berlioz Mémoires ch. 49; CG nos. 589-92, 593, 594-6, 598, 600-1, 602, 603-8, 608bis, 609-10, 612, 616; Jules Janin
30 décembre Francs-Juges (ouv.) Concerts St. Honoré ? Holoman, Catalogue p. 43

1839

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
11 janvier Benvenuto Cellini Opéra Habeneck CG nos. 616, 617, 618, 619, 622, 623; BnF
20 février Benvenuto Cellini (Acte I) Opéra Habeneck CG no. 632
8 mars Benvenuto Cellini (Acte I) Opéra Habeneck
17 mars Benvenuto Cellini (Acte I) Opéra Habeneck CG no. 638
*24 novembre Roméo et Juliette (Mme Wideman, Dupont, Alizard) Conservatoire Berlioz Mémoires ch. 49; CG nos. 673bis [tome VIII], 674ter [NL p. 175], 675-6, 676bis [tome VIII], 678-82, 683; Jules Janin; Manchester Courier
*1er décembre Roméo et Juliette (Mme Wideman, Dupont, Alizard) Conservatoire Berlioz CG nos. 683bis, 683ter [tome VIII], 684-7, 688
*15 décembre Harold en Italie (I-II; Urhan), cavatine de Cellini (Mme Gras-Dorus), Roméo et Juliette (Mme Stoltz, Dupont, Alizard) Conservatoire Berlioz CG nos. 689-90, 692-5, 695bis [NL p. 176-7], 697, 697bis & 699bis [tome VIII], 700. Voir la note ci-dessous

Note
(15 décembre) Richard Wagner assistait à ce concert, qui fit sur lui une profonde impression. — Selon CG no. 690 Berlioz envisageait d’inscrire à ce concert un fragment du Requiem, mais il n’en est plus question dans CG no. 692.

1840

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*6 février Harold en Italie (Urhan, alto); Benvenuto Cellini (ouv.) Salle du Vauxhall Berlioz CG nos. 700, 701, 703
*26 juillet Symphonie funèbre et triomphale (Dieppo, trombone) Salle Vivienne Berlio Mémoires ch. 50; CG no. 719 [tome VIII]. Voir Colonne de Juillet et la note ci-dessous
*28 juillet Symphonie funèbre et triomphale (Dieppo, trombone) Place de la Concorde à Place de la Bastille Berlio Voir Colonne de Juillet
*7 août Harold en Italie (I-III; Urhan, alto); Symphonie fantastique (II, IV); Benvenuto Cellini (ouv.); Symphonie funèbre et triomphale (Dieppo, trombone) Salle Vivienne Berlioz CG no. 730 ante-antebis (NL p. 184-6). Voir la note ci-dessous
*14 août Harold en Italie (I-III; Urhan, alto); Symphonie fantastique (II, IV); Benvenuto Cellini (ouv.); Roméo et Juliette (II); Symphonie funèbre et triomphale (Dieppo, trombone) Salle Vivienne Berlioz CG no. 730 ante-antebis (NL p. 184-6). Voir la note ci-dessous
Octobre-novembre Francs-Juges (ouv.) Concerts St. Honoré ? Holoman, Catalogue p. 43
*1er novembre Œuvres vocales de Gluck, Handel et Palestrina; Requiem (II, III, VI); Symphonie funèbre et triomphale (III); Roméo et Juliette (II, III, Finale) Opéra Berlioz Mémoires ch. 51; CG nos. 731bis [tome VIII], 732bis [NL p. 188], 733 [tome VIII], 736, 737, 738bis [NL p. 190-1]
*13 décembre Roméo et Juliette (I, II); Sara la baigneuse (Mlle Elian, MM. Boulanger, Prévôt, Alizard); Le Cinq mai (Alizard); Symphonie fantastique Conservatoire Berlioz CG nos. 738, 739. Voir la note ci-dessous

Notes
(26 juillet) Première exécution de la Symphonie funèbre.
(7 août) Selon Holoman Catalogue p. 189 l’ouverture de Benvenuto Cellini aurait figuré au programme de ce concert ainsi que celui du 14 août.
(14 août) Voir la note précédente. — Richard Wagner assista à ce concert et la Symphonie funèbre et triomphale fit une profonde impression sur lui, comme on peut le voir d’après un article de sa plume paru dans le Dresdner Abendzeitung en mai 1841.
(13 décembre) Première exécution de Sara la baigneuse (version H69B).

1841

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*25 avril Concert Beethoven (avec la participation de Liszt) Conservatoire Berlioz Journal des Débats 16 mai 1841 (CM IV, p. 503-5); CG nos. 745bis et 746bis [tome VIII]; Bonn

1842

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*1er février Harold en Italie (Alard, alto); Rêverie et caprice (Alard, violon); Weber, Invitation à la valse (orch. Berlioz); Beethoven, Triple concerto (Hallé, Alard, Desmarest); Salle Vivienne Berlioz CG nos. 764, 765. Voir la note ci-dessous
*15 février Symphonie fantastique; Harold en Italie (II; Alard, alto); Rêverie et caprice (Alard, violon); Heller, Grand caprice symphonique (Hallé, piano); Symphonie militaire Salle Vivienne Berlioz CG nos. 765, 766, 766bis [NL p. 197], 767
*24 avril Francs-Juges (ouv.); Absence (Mme Mortier); œuvres d’Arcadelt, Mozart, Roch, Beethoven, Mendelssohn, Mortier de Fontaine Conservatoire Berlioz Journal des Débats 30 avril 1842 (CM V p. 120-1). Voir la note ci-dessous
*7 novembre Œuvres d’Auber et d’Adam; Symphonie funèbre et triomphale Opéra Habeneck & Berlioz CG nos. 783, 785, 787, 789. Voir la note ci-dessous

Notes
(1er février) Première exécution de Rêverie et caprice, de l’Invitation à la valse et de la Symphonie militaire (Symphonie funèbre) avec un deuxième orchestre d’instruments à cordes.
(24 avril) Le compte-rendu de Berlioz dans les Débats ne précise pas qu’il dirigeait le concert lui-même et ne souffle mot sur ses deux œuvres qui figuraient au programme.
(7 novembre) Première exécution de la Symphonie funèbre avec le chœur final. Habeneck dirigeait les instruments à cordes dans la fosse, et Berlioz le chœur et les instruments à vent sur la scène.

1843

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*19 novembre Benvenuto Cellini (Trio; Mme Dorus-Gras, Duprez, Massol); Absence (Duprez); Rêverie et caprice (Alard); Benvenuto Cellini (Cavatine; Mme Dorus-Gras); Le Roi Lear; Roméo et Juliette (IV); Harold en Italie (Urhan, alto); Symphonie funèbre et triomphale (II-III) Conservatoire Berlioz CG nos. 855, 856bis [tome VIII], 858, 860, 863, 865, 866, 866bis [NL p. 230], 867, 868. Voir la note ci-dessous

Note
(19 novembre) Le programme du concert est donné dans trois lettres de Berlioz (CG nos. 856bis, 858, 860) dans lesquelles il demande à ses correspondants d’annoncer le concert dans leurs journaux. Le programme est identique dans les trois lettres, sauf que CG no. 858 omet la cavatine de Benvenuto Cellini; par contre l’ordre des morceaux diffère dans quelques détails; on a présenté ici le programme dans l’ordre de la lettre à Hippolyte Lucas (CG no. 860). — Première exécution à ce concert d’Absence dans sa version avec orchestre, écrite à Dresde au cours du séjour en Allemagne (cf. CG no. 816); la version avec piano avait été entendue au Conservatoire le 24 avril 1842. — Ce concert sera le dernier dirigé par Berlioz au Conservatoire pendant de longues années (voir 1858): à partir de cette date il se voit exclu du Conservatoire, malheureusement par pure jalousie de la part de la ‘coterie du Conservatoire’ et de son chef Narcisse Girard, naguère allié de Berlioz mais maintenant son rival (Mémoires ch. 59).

1844

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*3 février Romances de Robert-le-Diable (Meyerbeer), Charles VI (Halévy), air d’Hérold (Mme Gras-Dorus); Harold en Italie (II); Absence (Marie Recio); Roméo et Juliette (II, III, IV); Hélène; Chant sacré; Carnaval romain Salle Herz Berlioz Mémoires ch. 48; CG nos. 877, 879, NL p. 233 [no. 880ter], CG nos. 881 [+NL p. 233-4], 881bis [tome VIII]. Voir Salle Herz, Le Ménestrel 11 février 1844, et la note ci-dessous.
*6 avril Le Roi Lear; Carnaval romain; Beethoven, concerto pour violon (Alard); concerto pour violon (Sivori); Lesueur, Motet Veillée de David (A. Dupont); Sanctus du Requiem (Roger et Marie Recio; arrangement); Gluck, Armide (duo); Symphonie funèbre et triomphale (III) Opéra-Comique
(Salle Favart)
Berlioz CG nos. 889, 890, 892, 894, 895 [voir tome VIII]; NL p. 236-7. Voir la note ci-dessous
*12 avril Carnaval romain Salle Herz Berlioz Le Ménestrel 14 avril 1844, p. 2-3
*4 mai Carnaval romain; Francs-Juges (ouv.); Harold en Italie (Urhan, alto); Weber, concerto pour piano (Liszt); Symphonie fantastique (II) par l’orchestre puis transcrit par Liszt pour piano seul; autres solos de Liszt; duo de Liszt et Doehler; airs italiens et allemands (Mlle Zerr) Salle Ventadour Berlioz CG nos. 899, 899bis [tome VIII], 902; NL p. 239; lettre de Félix Marmion du 16 mai. Compte-rendu du concert par Berlioz lui-même dans Revue et gazette musicale 12 mai 1844 (CM V p. 479-82). Voir Salle Ventadour et la note ci-dessous
*1er août Spontini, La Vestale (ouv.); Gluck, Armide (Acte III, scène); Symphonie fantastique (IV); Rossini, Moïse (prière); Weber, Der Freyschütz (ouv.); Hymne à la France; Auber, La Muette (prière); Halévy, Charles VI (chœur); Méreaux, Chant des travailleurs français; Beethoven, Symphonie no. 5 (IV); Meyerbeer, Les Huguenots (Act IV: Bénédiction des poignards); Mendelssohn, Antigone (Hymne à Bacchus); Symphonie funèbre et triomphale (II, III; Dieppo, trombone) Festival de l’Industrie Berlioz Voir Festival de l’Industrie et la note ci-dessous

Notes
(3 février) Hélène: version pour chœur d’hommes et orchestre (H60B); Chant sacré: version pour six instruments de Sax (H44C); première exécution du Carnaval romain.
(6 avril) Le programme comportait sans doute d’autres morceaux, notamment la cavatine de Benvenuto Cellini (Marie Recio), un morceau de Paganini (Sivori), un extrait de Robert-le-Diable (Meyerbeer) transcrit pour instruments à vent, et un motet de Palestrina.
(4 mai) L’orchestre était en fait celui du Conservatoire (voir CG no. 902 et le compte-rendu de Berlioz [CM V p. 481-2]). La suite exacte des morceaux au programme n’est pas claire.
(1er août) Première exécution de l’Hymne à la France.

1845

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*19 janvier Carnaval romain; Piccini, Le Sommeil d’Atys (chœur); Requiem (II, III, VI); Fantaisie pour violon (Haumann); La Tour de Nice; Gluck, Alceste (scène; Mme Garcia), Orphée (extraits; Ponchard); Beethoven, Concerto pour piano no. 5 (Hallé); Hymne à la France Cirque Olympique Berlioz Voir Cirque Olympique et la note ci-dessous
*16 février Francs-Juges (ouv.); Requiem (II); Léopold de Meyer, Marche marocaine (piano); Félicien David, Le Désert et Chœur des Janissaires Cirque Olympique Berlioz Voir Cirque Olympique
*16 mars Schneitzoeffer, Le Spectre (ouv.); Glinka, Une Vie pour le Czar (rondo; Mme Solowiowa); Rossini, Moïse (prière); Requiem (II); Glinka, Rouslan et Ludmilla (danse); Roméo et Juliette (II, III, IV, Finale [Laget]); Weber, Invitation à la valse, orch. Berlioz Cirque Olympique Berlioz Voir Cirque Olympique
*6 avril Weber, Der Freyschütz (ouv); Requiem (VII); Louise Bertin, Esmeralda (air); Harold en Italie (II); Requiem (II); Félicien David, Nonetto (premier et dernier mouvements); Glinka, Une Vie pour le Czar (cavatine et rondo); Roméo et Juliette (IV); L. de Meyer, Marche marocaine orch. Berlioz Cirque Olympique Berlioz Voir Cirque Olympique et la note ci-dessous

Notes
(19 janvier) Première et unique exécution de La Tour de Nice (H101A). Les remarques de Charles Hallé sur l’exécution du Carnaval romain par Berlioz se rapportent à ce concert et non à la première exécution de l’ouverture l’année précédente (3 février).
(6 avril) Première exécution de la Marche marocaine de Meyer orchestrée par Berlioz.

1846

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*9 mai Léopold de Meyer, Marche marocaine orch. Berlioz; Félicien David, Le Désert; morceaux de musique orientalisante Salle Ventadour Berlioz Le Ménestrel 10 mai 1846, p. 2 et 17 mai, p. 2. Voir Salle Ventadour et la note ci-dessous
24 juillet Symphonie funèbre et triomphale (III) Hippodrome,
Place de l’Étoile
Tilmant Berlioz, Journal des Débats 29 juillet 1846 avec le commentaire de Gaspare Spontini
*20 août Requiem Saint-Eustache Berlioz Voir Saint-Eustache
*6 décembre La Damnation de Faust (Mme Duflot-Maillard, Hermann-Léon, Roger) Opéra-Comique
(Salle Favart)
Berlioz CG nos. 1062bis [tome VIII], 1063, 1065-6, 1068-9. 1069bis [tome VIII], 1070-76, 1076bis [tome VIII], 1077-8, 1078bis [tome VIII], 1079-80 (avant le concert); CG nos. 1082-85, 1085bis [tome VIII] (après le concert); Mémoires ch. 54; J.-E. Duchesne, Journal des Débats 10 décembre 1846. Voir la note ci-dessous
*20 décembre La Damnation de Faust (Mme Duflot-Maillard, Hermann-Léon, Roger) Opéra-Comique (Salle Favart) Berlioz CG nos. 1082bis [NL p. 293-4], 1086, 1092

Notes
(9 mai) Concert en honneur d’Ibrahim Pacha, prince héritier d’Égypte, qui cependant n’assista pas au concert (Le Ménestrel). Le concert eut lieu peu de temps après le retour de Berlioz de son voyage en Europe centrale et ne semble pas avoir laissé de traces dans sa correspondance.
(6 décembre) Première exécution de la Damnation de Faust.

1847

1848

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*29 octobre La Captive (Mme Widemann); Marche hongroise (de la Damnation de Faust); Beethoven, Leonora no. 2 (ouv.); Rossini, La Gazza ladra (ouv.); Gluck, Armide (extraits); Mozart, Ave verum; Roméo et Juliette (II); Weber, Invitation à la valse, orch. Berlioz Versailles Berlioz Voir Versailles et la note ci-dessous

Note
(29 octobre) Première exécution de la Captive dans la version définitive avec orchestre (H60F). — L’ordre exact des morceaux au programme n’est pas certain.

1849

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
15 avril Concert et ballet des sylphes, Marche hongroise (de la Damnation de Faust) Conservatoire Girard CG nos. 1250, 1256, 1258; Mémoires ch. 59; L’Illustration 5 mai 1849; voir la note ci-dessous
16 avril Carnaval romain ? ? CG no. 1256

Note
(15 avril) L’espoir de Berlioz d’être désormais admis de nouveau au Conservatoire sera déçu: il lui faudra attendre 1861 (après la mort de Girard le 16 janvier 1860) pour être joué de nouveau au Conservatoire.

1850

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*19 février Beethoven, Léonore no. 2 (ouverture); La Damnation de Faust (I, II; Roger, Levasseur); Ernst, Fantaisie sur Rossini Otello (Joachim, violon); Gluck, Iphigénie en Tauride (air et chœur; Mme Viardot); Gluck, Écho et Narcisse (Acte III, scène I); Solo de violoncelle (Demunck); Méhul, Joseph (air, Roger); Meyerbeer, Les Huguenots (Bénédiction des poignards) Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*19 mars Weber, Der Freyschütz (ouv.); Palestrina, Adoremus; Harold en Italie (Massart, alto); Chœur sans accompagnement du XVIe s.; Concerto for violon (extrait; Herman); Gluck, Alceste Acte I (extraits; Mme Julienne, Arnoldi); Rossini, Moïse (finale; Mme Julienne, Arnoldi) Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*30 mars Dietsch, Credo; Chœur sans accompagnement du XVIe s.; Gastinel, Symphonie (extraits); Niedermeyer, O Salutaris et Agnus dei; Solo de violon (Wieniawski); Harold en Italie (II); Weber, Konzertstück (Mme Massart, piano); Spontini, air de Fernand Cortès (Mlle Dobré); Vogel, Démophon (ouv.) Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*23 avril Mendelssohn, Athalie (ouv.); La Damnation de Faust (I; Roger); Rossini, air de La Donna del Lago (Mme Grisi); Félicien David, Marche de Moïse au Sinaï; Solo de violoncelle par Servais (Jacquart); Air (Mme Laborde); Méhul, Joseph (air; Roger); Cadaux, Chœur de chasseurs; morceaux pour violon sur Meyerbeer, Robert-le-Diable (A. de Kontski, violon); Weber, Invitation à la valse orch. Berlioz Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*3 mai Requiem Saint-Eustache Berlioz Voir Saint-Eustache et Société Philharmonique
*22 octobre Beethoven, Symphonie no. 5; Sara la baigneuse (version pour chœur); Schubert, Sérénade et airs de Donizetti et Bellini (Mme Frezzolini); Bortniansky, Chant des chérubins; Les Francs-Juges, (ouv.); Le Cinq mai (Barroilhet); Halévy, air (Mlle Lefebvre) et boléro (Barroilhet); Lesueur, chœur Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique et la note ci-dessous
*12 novembre Symphonie fantastique; Bortniansky, Chant des Chérubins; Donizetti, air (Mme Ugalde); ‘Pierre Ducré’ [= Berlioz !], Les adieux des Bergers à la sainte famille; Sara la baigneuse; Verdi et Donizetti, airs (Mme Ugalde); Piccinni, chœur; Weber, L’Invitation à la valse orch. Berlioz Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique et la note ci-dessous
*17 décembre Weber, Oberon (ouv.); Gluck, Armide (extraits); Weber, Oberon (chœur); Solo de violon (Jullien); Lesueur, extraits de La Caverne et d’Alexandre à Babylone; Méhul, La chasse du Jeune Henri (ouv.); Solo de piano (Mme Mattemann); Rossini, Moïse (prière) Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique

Notes
(22 octobre) Première exécution de la version pour chœur de Sara la baigneuse (H69C).
(12 novembre) Première exécution de l’Adieu des bergers (H128 II).

1851

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*28 janvier Roméo et Juliette (I-IV; Mme Maillard, Roger); Bortniansky, Pater noster; Membrée, Polyphème et Galathée (Roger, Mlle Dobré); Donizetti, air (Mme Maillard); Zimmerman, O Salutaris (Mlle Dobré); Solo de violon par Alard (Reynier); Stradella, air (Roger); Gluck, Armide (extrait pour chœurt) Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*25 février Roméo et Juliette (I-IV; Mme Maillard, ténor?); Dalayrac, air (Mme Maillard); Mlle de Reyset, Symphonie (extrait); Pergolèse, air (Mme Viardot); Weber, Preciosa (Marche et chœur); Beethoven, sonate op. 57 et morceau de Wilmers (Mlle Clauss); air de Rossini et chansonnettes espagnoles (Mme Viardot); Marche hongroise de la Damnation de Faust Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*1er mars Niedermeyer, Messe Église Saint-Thomas d’Aquin Berlioz Voir Société Philharmonique
*25 mars Symphonie fantastique; Solo de piano (Reinecke); Benvenuto Cellini, air (Mme Gras-Dorus); Auber, air (Massol); La belle voyageuse; Solo de flûte (Petiton); Gastinel, Ouverture; Auber, air (Mme Gras-Dorus); Solo de violoncelle (Massart); La Menace des Francs Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique et la note ci-dessous
*29 avril Morel, Ouverture; Cohen, Le Moine (Hermann-Léon, Jourdan, Mlles Dobré et Vavasseur) Salle Ste.-Cécile Berlioz Voir Société Philharmonique
*1er mai Peut-être semblable à celui du concert du dimanche 4 mai au Jardin d’Hiver (ci-dessous) Jardin d’hiver Berlioz Voir Société Philharmonique
*4 mai (?) Roméo et Juliette (II), Weber, Invitation à la valse orch. Berlioz; Marche hongroise de la Damnation de Faust; Solo de cornet à pistons (Denault) Jardin d’hiver Berlioz Voir Société Philharmonique
23 mai Le Roi Lear (ouv.) Salle Ste.-Cécile Seghers Voir la note ci-dessous

Notes
(25 mars) Première et unique exécution de La Menace des Francs; dernière exécution à Paris de la Symphonie fantastique du vivant de Berlioz.
(23 mai) Dernière exécution à Paris du Roi Lear du vivant de Berlioz

1852

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*22 octobre Requiem Saint-Eustache Berlioz Voir Saint-Eustache

1853

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
20 février Carnaval romain Salle Herz Pasdeloup (Société des jeunes artistes) Voir Pasdeloup
Fin mars-avril Le Chant des Bretons École Chevé ? CG no. 1756
4 décembre Carnaval romain (arrangement) Salle Ste.-Cécile ? Holoman, Catalogue p. 256. Voir la note ci-dessous
18 décembre La Fuite en Égypte (Chaperon) Salle Ste.-Cécile
(Société de Sainte-Cécile)
Seghers CG nos. 1669, 1670; Le Ménestrel 25 décembre 1853, p. 2. Voir la note ci-dessous

Notes
(4 décembre) Berlioz était en Allemagne à ce moment.
(18 décembre) Première exécution à Paris de la Fuite en Égypte, en présence de Berlioz.

1854

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*10 décembre Mendelssohn, Trio (Maurin, Chevillard, Mme Mattmann); L’Enfance du Christ (M. et Mme Meillet, Jourdan, Depassio, Battaille); Rêverie et caprice (Maurin); Haydn, Symphonie no. 80 (finale) Salle Herz Berlioz (Avant le concert) CG nos. 1805, 1807, 1808, 1808bis [NL p. 409], 1811, 1812, 1813, 1814bis [tome VIII], 1815-22, 1824, 1825
(Après le concert) CG nos. 1830, 1844, 1845, 1846, 1847, 1848, 1851, 1853
(Lettres de félicitations) CG nos. 1826-7, 1827bis [NL p. 411], 1828-9, 1831, 1831bis [tome VIII], 1832-38, 1838bis et ter [NL p. 412-13], 1839bis [tome VIII], 1840, 1842, 1843, 1849, 1850, 1850bis [tome VIII], 1856
Voir Léon Gatayes et la note ci-dessous
*24 décembre La Captive (Mme Stoltz); L’Enfance du Christ (mêmes exécutants que le 10 décembre) Salle Herz Berlioz (Avant le concert) CG nos. 1839, 1839bis, 1841, 1854, 1857, 1857bis [NL p. 413], 1860-1
(Après le concert) CG no. 1865
(Lettres de félicitations) CG nos. 1862-3, 1863antebis [NL p. 414-15]

Note
10 décembre) Première exécution de l’Enfance du Christ.

1855

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*28 janvier La Captive (Mme Stoltz); L’Enfance du Christ (mêmes exécutants que le 10 décembre 1854, sauf Gardoni au lieu de Jourdan comme Récitant) Salle Herz Berlioz (Avant le concert) CG nos. 1868, 1869bis [NL p. 417], 1874-77, 1879, 1881, 1882, 1884-6, 1888-9
(Après le concert) CG no. 1891
1er avril Le Corsaire (ouv.) Salle Ste.-Cécile
(Société de Sainte-Cécile)
Barbereau CG no. 1930. Voir la note ci-dessous
*7 avril L’Enfance du Christ (Jourdan, M. et Mme Meillet, Bussine, Delacombe) Salle Favart
(Opéra-Comique)
Berlioz CG nos. 1911bis [tome VIII]. 1933. Voir Le Ménestrel 15 avril 1855 et la note ci-dessous
*30 avril Te Deum Saint-Eustache Berlioz Voir Edmond Viel, Saint-Eustache et la note ci-dessous
*15 novembre L’Impériale (en partie), Symphonie funèbre et triomphale (III) Palais de l’Industrie Berlioz Voir Palais de l’Industrie et la note ci-dessous
*16 novembre L’Impériale (intégrale); Weber, Der Freyschütz (ouv.); Haendel, Judas Macchabée (chœur); Beethoven, Symphonie no. 5 (II, III, IV); Rossini, Moïse (prière); Symphonie funèbre et triomphale (III); Gluck, Armide (extraits); Meyerbeer, Les Huguenots (Bénédiction des poignards); Mozart, Ave verum; Te Deum (I, II, VI, VII) Palais de l’Industrie Berlioz Voir Palais de l’Industrie
*24 novembre Même programme que le 16 novembre Palais de l’Industrie Berlioz Voir Palais de l’Industrie

Notes
(1er avril) Unique exécution de l’ouverture du Corsaire à Paris du vivant de Berlioz.
(7 avril) Holoman, Catalogue p. 341 et le Calendrier Berlioz p. 168 écrivent à tort que seule la première partie de l’ouvrage fut exécutée à cette occasion.
(30 avril) Première et unique exécution intégrale du Te Deum du vivant de Berlioz.
(15 novembre) Le programme prévu fut écourté par ordre de l’empereur pour faire place à son discours.

1856

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*25 janvier L’Enfance du Christ, précédée par Meyerbeer, Légende du Moine (Battaille), Fantaisie sur Il Trovatore pour mélodium (Mme Dreyfus), chœurs et dances de Gluck, Armide Acte IV Salle Herz Berlioz CG nos. 2076, 2077, 2078; NL no. 2079bis; CG nos. 2081, 2083 avec les notes (toutes avant le concert). Voir aussi Tiersot 1910 et la note ci-dessous
*16 juillet Niedermeyer, Messe solennelle Église Saint-Eugène Berlioz Voir Tiersot 1910 et la note ci-dessous

Notes
(25 janvier) Tiersot souligne que pour ce concert Berlioz distribua de nombreux billets de faveur, y compris à des membres de l’Institut; le succès du concert contribua sans doute à l’élection de Berlioz à l’Institut en juin.
(16 juillet) Sur la Messe solennelle de Niedermeyer voir le Journal des Débats 27 décembre 1849; Berlioz avait déjà dirigé l’ouvrage le 1er mars 1851 avec la Société Philharmonique.

1857

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*19 avril Le Spectre de la Rose (Mme Bochkoltz-Falconi), Roméo et Juliette (extraits) Salle Herz Berlioz Tiersot 1910; Holoman, Catalogue p. 202, 223

1858

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*2 mai Litolff, Le Chant des Guelfes (ouv.); La Captive (Mme Bochkoltz-Falconi); Litolff, 4e concerto-symphonie; Roméo et Juliette (II); air de Mitrane (Mme Bochkoltz-Falconi); Handel, air de Ezio (Stockhausen); Litolff, 3 mouvements du 3e concerto symphonique Conservatoire Berlioz CG nos. 2287 (avant le concert), 2292 (avec la n. 2 p. 563), 2294, 2295, 2297, 2298 (après le concert). Voir la note ci-dessous

Note
(2 mai) Pour ce concert Berlioz obtint grâce à l’intervention du Duc de Gotha le droit d’utiliser la salle du Conservatoire (CG no. 2294).

1859

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
17 février Carnaval romain Banquet pour J.-H. Vriès, Salons de l’hôtel du Louvre Mohr NL nos. 2352bis avec n., 2354ter
*23 avril L’Enfance du Christ, Damnation (Scène des Sylphes), Martini Plaisir d’amour (orch. Berlioz), Hymne à la France Opéra-Comique Berlioz CG nos. 2366, 2367 (avant le concert), 2368, 2371, 2374, 2376 (après le concert)
Voir la note ci-dessous
6 août Air de Cassandre et duo avec Chorèbe (Les Troyens, Acte I), Duo de Didon et Énée (Les Troyens, Acte IV) Salle Beethoven Voir Le Ménestrel 14 août 1859 et la note ci-dessous

Notes
(23 avril) Première exécution de Martini Plaisir d’amour (orch. Berlioz).
(6 août) C’était la première audition publique de musique des Troyens.

1860

1861

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
7 avril La Damnation de Faust (IIème partie, de l’air de Mephistophélès jusqu’à la fin; Cazaux, Grizy) Conservatoire Tilmant CG nos. 2541, 2547, 2549. Voir la note ci-dessous
3 novembre Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup et la note ci-dessous
29 décembre Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup

Notes
(7 avril) C’est la première fois depuis 1849 qu’on jouait de la musique de La Damnation de Faust au Conservatoire. Le rôle de Faust fut chanté par Grizy, et non pas par Paulin comme CG no. 2541 le laisserait entendre.
(3 novembre) À partir de cette date Pasdeloup inscrit chaque année de la musique de Berlioz au programme des Concerts populaires qu’il venait de fonder.

1862

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
2 mars Carnaval romain Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
7 avril Les Troyens (scène), Béatrice et Bénédict (duo et air; Mme Charton-Demeur) Chez Escudier CG nos. 2605, 2606, 2608. Voir la note ci-dessous
30 novembre Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup

Note
(7 avril) On ne sait de quelle scène des Troyens il s’agit; on ne sait pas non plus qui chantait avec Mme Charton-Demeur.

1863

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
*8 février L’Enfance du Christ (IIème partie; Wartôt, ténor), Carnaval romain, Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Salle Martinet (Société nationale des Beaux-Arts) Berlioz CG nos. 2694 avec n., 2695, 2697
*22 février L’Enfance du Christ (IIème partie; Wartôt, ténor), Carnaval romain, Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Salle Martinet (Société nationale des Beaux-Arts) Berlioz CG nos. 2697, 2699. Voir la note ci-dessous
22 mars Béatrice et Bénédict (duo nocturne; Mmes Viardot & Vandenheuvel-Duprez) Conservatoire Tilmant CG nos. 2694, 2695, 2697, 2698, 2699 (avant le concert); 2701, 2705, 2706 (après le concert). Voir la note ci-dessous
5 avril Béatrice et Bénédict (duo nocturne; Mmes Viardot & Vandenheuvel-Duprez) Conservatoire Tilmant Holoman, Catalogue p. 413. Voir la note ci-dessous
8 avril Béatrice et Bénédict (duo nocturne; Mmes Viardot & Vandenheuvel-Duprez) Conservatoire Tilmant Holoman, Catalogue p. 413. Voir la note ci-dessous
4 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre Voir Mémoires et La première des Troyens en novembre 1863; Gasperini; d’Ortigue; Le Monde Illustré 14 novembre 1863
6 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
9 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
11 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
13 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
16 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
18 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
20 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
22 novembre Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
23 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
25 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
27 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
30 novembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
2 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
4 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
7 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
9 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
11 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
14 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
16 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
18 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  
20 décembre Les Troyens à Carthage Théâtre Lyrique Deloffre  

Notes
(22 février) C’est la dernière fois que Berlioz dirige sa propre musique à Paris.
(22 mars) C’est après ce concert que Berlioz fait don au Conservatoire de toutes ses partitions imprimées et manuscrites, et de sa collection de parties d’orchestre et de chœurs (CG no. 2702; 25 mars; Mémoires, Postface).
(5 et 8 avril) Voir CG nos. 2703 avec n. et 2705 sur un projet de redonner le 5 avril le concert du 22 mars, mais il n’est pas certain qu’il ait eu lieu; il n’y a pas non plus de témoignage d’une exécution le 8 avril mentionnée par Holoman. Berlioz est en voyage en Allemagne pendant les trois premières semaines d’avril.

1864

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
25 février Béatrice et Bénédict (duo nocturne) Chez Mlle Bertin CG no. 2835
28 février Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
29 février Les Troyens à Carthage (duo) Chez la princesse Mathilde CG no. 2840
27 mars Les Troyens à Carthage (septuor) Hôtel de Ville Pasdeloup Voir Pasdeloup
3 avril L’Enfance du Christ (IIème partie) Conservatoire Hainl Mémoires, Postface; CG no. 2849
10 avril L’Enfance du Christ (IIème partie) Conservatoire Hainl Holoman, Catalogue p. 341
4 novembre Duo de Didon et Énée; chanson d’Hylas (Les Troyens à Carthage; Mme Barthe-Banderali et Charles Gounod) Chez le Dr. Blanche CG nos. 2928, 2929

1865

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
22 janvier Francs-Juges (ouv.) Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
22 mars Béatrice et Bénédict (duo nocturne) Conservatoire Tilmant Holoman, Catalogue p. 413
2 avril Les Troyens à Carthage (septuor) Hôtel de Ville Pasdeloup Voir Pasdeloup
10 décembre Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup

1866

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
4 février Carnaval romain Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
*1er mars Concerto symphonique (Kreutzer; Mme Massart, piano) Salle Érard Berlioz CG nos. 3102 avec n., 3103, 3108, 3109, 3110. Voir la note ci-dessous
7 mars Les Troyens à Carthage (septuor) Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
25 mars L’Enfance du Christ (II, ouverture) Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
1er avril L’Enfance du Christ (II; Warot, ténor) Conservatoire Hainl CG nos. 3122, 3132
20 avril  Duo de Didon et Anna (Les Troyens à Carthage) Salons Pleyel A. de Groot CG no. 3132 avec la n. 1 p. 422

Note
(1er mars) Ce concert est le dernier que Berlioz ait dirigé à Paris.

1867

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
11 juillet Hymne à la France Palais de l’Industrie ? CG nos. 3260, 3263; voir la note ci-dessous
1er décembre Francs-Juges (ouv.) Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup

Note
(11 juillet) Berlioz avait l’intention d’assister à la répétition générale de l’Hymne à la France le 29 juin (CG nos. 3247, 3249 avec les notes), mais la nouvelle subite de la mort de son fils Louis l’en empêcha; le concert était prévu d’abord pour le 4 juillet mais dut être reporté. Holoman, Catalogue p. 259 mentionne une première exécution de l’ouvrage le 8 juillet qui ne semble pas être attestée par ailleurs.

1868

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
19 janvier Marche hongroise Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
1er mars Roméo et Juliette (II) Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
7 mars Marche hongroise Hôtel de Ville Pasdeloup Voir Pasdeloup
5 avril Roméo et Juliette (III), Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
6 décembre Weber Invitation à la valse orch. Berlioz Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup
20 décembre Roméo et Juliette (IIIème partie) Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Pasdeloup

1869

Date Œuvre Lieu/salle Direction Références
7 février Carnaval romain Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Renouveau
7 novembre Menuet des follets, Valse des sylphes, Marche hongroise (de la Damnation de Faust) Opéra Litolff Voir Renouveau
14 novembre Le Roi Lear Cirque Napoléon Pasdeloup Voir Renouveau
21 novembre Menuet des follets, Valse des sylphes, Marche hongroise (de la Damnation de Faust) Opéra Litolff Voir Renouveau

© (sauf indication contraire) Michel Austin et Monir Tayeb pour toutes les images et informations sur cette page. Cette page créée le 1er février 2017.

Avertissement: Tous droits de publication et de reproduction des textes, photos, images, et partitions musicales sur l’ensemble de ce site, y compris leur utilisation sur l’Internet, sont réservés pour tous pays. Toute mise en réseau, toute rediffusion, sous quelque forme, même partielle, est donc interdite.

Retour à la page Concerts et exécutions 1825-1869 — textes et documents
Retour à la page principale Berlioz à Paris 
Retour à la Page d’Accueil