Monir Tayeb

The Hector Berlioz Website

 

Monir et Berlioz

 

Page d'accueil     Recherche

Berlioz

Cette page est disponible aussi en anglais

    Pour les visiteurs à ce site Monir est en premier lieu l’un des deux auteurs du site Berlioz (dont je suis l’autre). Mais bien avant qu’elle se passionne pour Berlioz, Monir eut une carrière universitaire active et fructueuse. Il y a quelques années elle publia sur internet une page donnant une vue d’ensemble de cette carrière, de ses recherches et de ses publications dans son domaine, et il m’a paru opportun de reproduire cette page intégralement sur ce site dans l’original en anglais, pour perpétuer le souvenir de ce qu’elle a réalisé dans sa profession et placer son travail pour le site Berlioz dans un contexte plus large.

    Née à Téhéran en Iran le 18 janvier 1946 Monir s’est de longue date passionnée pour la musique classique, bien avant de quitter son pays d’origine pour venir s’installer en Grande Bretagne. Ses premières sympathies en musique étaient vouées aux grands classiques qu’elle n’a cessé d’admirer, et particulièrement Mozart et Beethoven. Quand nous nous sommes rencontrés vers la fin de 1989 je lui ai fait connaître Berlioz, pour lequel j’avais moi-même une passion qui remontait aux années 1950, et sa conversion a été immédiate. Grâce aux enregistrements, aux concerts à la radio, à la télévision et en public, elle acquit rapidement une connaissance approfondie de pratiquement toute la musique de Berlioz; l’une de ses partitions préférées était Roméo et Juliette, le premier ouvrage de Berlioz que je lui fis entendre. Mais elle alla plus loin: elle avait été tellement frappée par une lecture en traduction des Mémoires de Berlioz qu’elle prit la résolution d’apprendre le français, en suivant des cours à l’Open University et grâce à des séjours en France: son intention était de pouvoir lire Berlioz dans l’original, tout comme Berlioz apprit l’anglais pour pouvoir lire Shakespeare! Au milieu des années 1990, au moment où internet se développait rapidement, elle me suggéra la création d’un site qui serait consacré exclusivement à Berlioz: ce fut l’origine de ce qui est devenu par la suite le site www.hberlioz.com. Une première version du site parut le 18 juillet 1997, et nous avons continué à y travailler sans interruption pendant les 24 années suivantes, au cours desquelles le site s’est considérablement développé, dans ses dimensions comme dans son contenu (la page Historique du site retrace les principales étapes de son évolution).

    Dès le départ le site fut le résultat d’une collaboration étroite, où chacun de nous relisait le travail de l’autre et y ajoutait ses observations, ce qui rend souvent difficile de distinguer exactement la contribution de l’une ou de l’autre au site. Mais au fur et à mesure de l’extension du site une division de fait du travail s’établit entre nous. Monir était, comme il se doit, en quelque sorte la porte-parole du site et s’occupait de la majeure partie de la correspondance qu’on nous adressait. En outre il y avait des rubriques du site qui étaient pratiquement son domaine exclusif (tout comme d’autres parties du site me concernaient plus particulièrement). Elle prit en charge la rubrique des Nouvelles et toutes les annonces de Concerts de musique de Berlioz à venir qu’elle maintenait régulièrement, ainsi que les Archives des concerts passés, et aussi les compte-rendus de concerts, en anglais et en framçais, que nous envoyaient de nombreux visiteurs au site. C’est elle aussi qui fut responsable en premier lieu des pages sur les Célébrations du bicentenaire de Berlioz en 2003 et sur les Célébrations du cent-cinquantenaire de la mort de Berlioz en 2019. Pour les célébrations de 2003 elle invita une série de contributions de la part d’éminents spécialistes de Berlioz qui furent réunies dans la Page spéciale du bicentenaire de Berlioz.

    Monir s’intéressait aussi particulièrement à tout ce qui pouvait fournir un commentaire par l’image de la carrière, des œuvres et du rayonnement posthume de Berlioz. De nombreuses rubriques du site dont le contenu est en premier lieu d’ordre visuel résultent de son initiative, notamment l’Album de photos, Caricatures de Berlioz, Statues de Berlioz, Berlioz: les premières éditions de ses œuvres, L’inspiration littéraire de Berlioz: les peintres, Œuvres d’art inspirées par Berlioz, Cartes postales artistiques inspirées par Berlioz, et les nombreux objets réunis et illustrés dans la page Souvenirs Berlioziens (toutes ces pages sont en anglais).

    Il était donc naturel que Monir s’intéresse tout particulièrement aux illustrations qui accompagnent les nombreuses pages du site qui traitent des villes, lieux et pays qui ont un lien particulier avec la vie et la carrière du compositeur. Le point de départ était tout naturellement La Côte-Saint-André, ville natale de Berlioz, vers laquelle nous avons fait en 1998 le premier d’une longue série de voyages pendant des années, avec l’intention de fournir une illustration suivie de la carrière de Berlioz. D’autres voyages par la suite ont eu pour résultat des pages sur Paris, Grenoble, Meylan, Vienne et Nice. Nous avons ensuite entrepris de suivre peu à peu tous les grands voyages de Berlioz en dehors de la France qui l’ont mené à travers une bonne partie de l’Europe: Italie, Belgique, Allemagne et Europe centrale, Londres, Russie, Suisse. Dans toutes ces rubriques les illustrations ont été en grande partie réunies et présentées par Monir; de mon côté j’étais souvent responsable pour l’établissement du texte.

    Un des fruits de ce souci constant de Monir de l’illustration par l’image a été la constitution par elle au fil des ans d’une collection grandissante de souvenirs Berlioziens de toute sorte: de nombreuses images, gravures, photos, cartes postales etc., mais aussi beaucoup de programmes de concerts, du vivant de Berlioz et après sa mort (la page sur Berlioz et les Amériques en est un exemple parmi d’autres). Puis des objets variés (timbres, médailles, cartes de visite etc.), et de nombreux livres, articles et autres publications, datant de l’époque du compositeur ou après sa mort. Un grand nombre de ces articles, reproduits d’après des originaux de l’époque, sont réunis dans la page Exécutions et articles contemporains. — Comme il est dit ailleurs sur ce site, cette collection est destinée en définitive au Musée Hector-Berlioz à La Côte Saint-André (voir la page Projet avec le Musée Hector-Berlioz).

    Tout ceci ne donne qu’une idée incomplète de la contribution de Monir au site Hector Berlioz, mais il serait fastidieux de vouloir en établir un bilan exhaustif. Mais à titre d’exemple de sa curiosité et de son esprit d’entreprise, je me permets de signaler la transcription et publication de la collection complète des articles de fond publiés par Julien Tiersot, sous le titre de Berlioziana, dans l’hebdomadaire Le Ménestrel entre 1904 et 1911: ce fut entièrement son travail. Elle fit de même pour les Mémoires d’un musicien de Berlioz de 1858-59, et prit aussi une part active à la transcription des feuilletons de Berlioz pour le Journal des Débats. Le total des articles de Tiersot s’élève à 127, tous bien entendu en français, langue qu’elle avait décidé d’apprendre, en plus de l’anglais qu’elle avait déjà dû maîtriser au début de sa carrière.

    Comme j’ai déjà annoncé le 1er août dernier, j’ai l’intention de continuer à travailler au site Berlioz pour l’avenir immédiat. Mais ce qui était au départ et a continué pendant 24 ans à être une entreprise commune de Monir et de moi-même est maintenant, hélas, ma seule responsabilité, et je ferai de mon mieux pour sauvegarder et pérenniser ce qu’elle a légué.

Michel Austin

Site Hector Berlioz créé par Michel Austin et Monir Tayeb le 18 juillet 1997.
Cette page créée le 1er octobre 2021.

© (sauf indication contraire) Michel Austin et Monir Tayeb. Tous droits réservés.

Retour à la Page d’accueil