Partitions de Berlioz

Symphonie Funèbre et Triomphale (H 80)

Cette page est disponible aussi en anglais   

             I: Marche Funèbre
            
II:
Oraison Funèbre
           
III: Apothéose
(première et deuxième versions)

    Composée en 1840 sur une commande du Ministère de l’Intérieur, et exécutée pour la première fois le 28 juillet de la même année pour l’inauguration de la colonne à la Place de la Bastille commémorant les victimes de la révolution de juillet 1830, la Symphonie Funèbre et Triomphale représente la réalisation partielle d’un projet qui hantait Berlioz depuis plusieurs années: celui d’une grande Fête musicale funèbre à la mémoire des hommes illustres de la France. L’œuvre trahit aussi l’influence de Beethoven, notamment pour le premier mouvement la marche funèbre de la Symphonie héroïque et pour le troisième mouvement le final de la neuvième symphonie. La première version de l’œuvre était pour grande harmonie militaire. En 1842 Berlioz remania la symphonie en ajoutant des parties ad libitum pour cordes graves (premier mouvement), pour cordes et un chœur sur des paroles de son ami Antoni Deschamps (troisième mouvement). Berlioz donne un récit des circonstances de la composition et de la première exécution de cette œuvre dans ses Mémoires (chapitre 50: texte intégral dans Textes et documents).

    Le premier mouvement, l’une des conceptions symphoniques les plus grandioses du compositeur, est une vaste marche funèbre, classique dans sa forme (forme sonate) et remarquable notamment par l’ampleur de son souffle mélodique. 
    La partition comporte des parties non obligées pour contre-basson, trombone basse, violoncelles et contrebasses. Seules les parties pour contre-basson et trombone basse ont été retenues ici. 
    Il est surprenant qu’avec une exception la partition ne comporte pas d’indications de métronome, et il y a de fortes divergences de tempo entre différentes interprétations modernes. Dans cette version le tempo du premier mouvement a été fixé à noire = 80. Ce choix répond à deux considérations: d’une part il faut un tempo unique pour le mouvement dans son ensemble, d’autre part ce tempo bien que lent doit être capable de propulser ce long mouvement d’un bout à l’autre sans traîner.

    Le second mouvement prend la forme d’un récitatif et air sans paroles où un trombone solo dialogue avec le reste de l’orchestre. Ce morceau utilise de la musique tirée de l’opéra de jeunesse de Berlioz, Les Francs Juges (H 23).
   
La partition ne comporte pour ce mouvement qu’une seule indication de métronome, pour l’Andantino poco lento e sostenuto (noire = 72). Dans cette version l’Adagio non tanto et l’Andantino ont été fixés respectivement à noire = 58 et noire = 63.

    Le troisième mouvement suit sans interruption le mouvement précédent. Par la commodité de l’auditeur on a présenté ici ces deux mouvements dans deux versions (1) en un seul fichier comme un seul mouvement continu (2) comme deux mouvements séparés en deux fichiers. Dans ce dernier cas l’auditeur devra se rappeler que dans l’original le dernier accord du deuxième mouvement (en sol majeur) est aussi le premier du troisième mouvement, où la tonalité s’oriente tout de suite vers si bémol; cette dernière version du troisième mouvement est donc écourtée d’une mesure. Ce mouvement, de caractère triomphal, fut fréquemment exécuté avec succès par Berlioz dans ses concerts en France et à l’étranger dans les années 40.
   En outre deux versions de ce mouvement sont présentées ici:
    1. Dans la première version on n’a pas retenu les parties pour cordes et chœur: on  peut ainsi se faire une idée de la première version de 1840 avant que Berlioz y ajouta en 1842 des parties (non obligées) de cordes et le chœur.
    2. Dans la deuxième version les cordes et le chœur on été ajoutés. Cette version est présentée ici sous toute réserve. Le système Midi ne peut bien entendu reproduire les paroles, et le chœur est de toute façon peu audible ici au-dessus de la masse instrumentale, ce qui trahit l’effet réél de son entrée au concert. D’autre part le grand nombre de parties nécessite l’utilisation d’une police de petit format qui rend la mise en page assez surchargée et peu lisible sauf sur un écran de grande taille. Pour cette raison on a transcrit ci-dessous le texte des paroles chantées par le chœur.
    Ici encore Berlioz ne donne aucune indication de métronome pour ce mouvement; dans ces deux versions le tempo a été fixé à noire = 112, nettement plus lent que la Marche troyenne qui pourrait paraître comparable, mais qui est en fait d’un caractère beaucoup plus pressant (le tempo de la Marche troyenne est donné par Berlioz comme noire = 138).
    Le "pavillon chinois" que Berlioz utilise dans ce mouvement est un instrument à percussion d’origine turque, muni de nombreux clochetons et fort usité dans les orchestres militaires de l’époque (Berlioz l’évoque brièvement dans son Traité d’instrumentation). Il n’existe bien entendu pas d’équivalent Midi exact; on a substitué ici le triangle.

    Paroles d’Antoni Deschamps:

    Gloire! Gloire et triomphe à ces Héros!
    Gloire et triomphe!
    Venez, élus de l’autre vie!
    Changez, nobles guerriers,
    Tous vos lauriers
    Pour des palmes immortelles!
    Suivez les Séraphins,
    Soldats divins
    Dans les plaines éternelles!
    A leurs chœurs infinis
    Soyez unis!
    Anges radieux,
    Harmonieux,
    Brûlants comme eux,
    Entrez, sublimes
    Victimes!
    Gloire et triomphe à ces Héros!
    Ils sont tombés aux champs de la Patrie!
    Gloire et respect à leurs tombeaux!
   
 

     I: Marche Funèbre (durée 14'7")
    — Partition en grand format
    (fichier créé le 27.06.2000; révision le 3.11.2001)

    II et III: Oraison Funèbre suivie de l’Apothéose (durée 15'45")
    — Partition en grand format
   
(fichier créé le 11.11.2001)

    II: Oraison Funèbre (durée 6'49")
    — Partition en grand format
     (fichier créé le 30.03.2000; révision le 11.11.2001)

    III: Apothéose
   
Première version, sans cordes ou chœur (durée 8'56")
    — Partition en grand format
    (fichier créé le 8.10.2000; révision le 11.11.2001)

    Seconde version, avec cordes et choeur (durée 8'56")
    — Partition en grand format
   
(fichier créé le 12.10.2000; révision le 23.12.2001)

© Michel Austin pour toutes partitions et texte sur cette page.

Retour à Partitions de Berlioz