Site Hector Berlioz

Partitions de Berlioz

La harpe éolienne, extrait de Lélio ou le retour à la vie (H 55)

Cette page est disponible aussi en anglais

    Voyez aussi Livrets de Berlioz; Berlioz et sa musique: auto-emprunts

    Ce fut en 1831, pendant son séjour obligé en Italie comme lauréat du Prix de Rome de 1830, que Berlioz composa la suite à la Symphonie fantastique, qu’il appella d’abord Le retour à la vie, puis lors de sa publication en 1855 dans une version révisée Lélio ou le retour à la vie. La musique de ce mélologue en six parties est en fait tirée entièrement d’œuvres antérieures. Le mouvement intitulé La harpe éolienne. Souvenirs reprend ainsi le finale de la cantate La Mort d’Orphée que Berlioz soumit pour le Prix de Rome de 1827, d’ailleurs sans succès (H 25). La version dans Lélio est pratiquement identique à celle de la cantate, sauf pour quelques élaborations des parties de cordes, et la tonalité est aussi transposée de la bémol en la majeur. Berlioz avait évidemment un certain faible pour cette page évocatrice qu’il cite intégralement dans son Traité d’instrumentation (chapitre sur la clarinette; voyez aussi Mémoires chapitre 19 sur la répetition au Conservatoire en mai 1828). On a inclu ici la fin (instrumentale) du mouvement précédent, le Chant de bonheur (pour ténor et orchestre), pour faire ressortir l’adaptation de la mélodie dans ce mouvement.

    Chant de bonheur (fin) (durée 1'2")
    — Partition en grand format

    La harpe éolienne (durée 2'10")
    — Partition en grand format

    (fichiers créés le 30.08.2000; révision le 23.12.2001)

© Michel Austin pour toutes partitions et texte sur cette page.

Retour à Partitions de Berlioz