Site Hector Berlioz

Partitions de Berlioz: textes et documents

Béatrice et Bénédict

Extrait des Mémoires

Cette page est disponible aussi en anglais

Béatrice et Bénédict

Mémoires, Postface (1864)

    [...] Après l’entier achèvement de cet opéra [Les Troyens] et avant sa représentation, je fis, sur la demande de M. Bénazet [directeur des jeux de Bade], l’opéra-comique en deux actes, Béatrice et Bénédict. Il fut joué avec un grand succès et sous ma direction, sur le nouveau théâtre de Bade, le 9 août 1862. Quelques mois après, traduit en allemand par M. Richard Pohl, on le mit en scène à Weimar, et avec le même bonheur, sur la demande de Mme la Grande-Duchesse. Leurs Altesses m’avaient invité à venir en diriger les deux premières représentations, et me comblèrent comme toujours de gracieusetés de toute espèce. […] .

    J’avais, pour la pièce, pris une partie du drame de Shakespeare Much ado about nothing, en y ajoutant seulement l’épisode du maître de chapelle et les morceaux de chant. Le duo des deux jeunes filles “Vous soupirez, madame!”, le trio entre Héro, Béatrice et Ursule “Je vais d’un cœur aimant” et le grand air de Béatrice “Dieu! que viens-je d’entendre?” que Mme Charton chanta à Bade avec verve, sensibilité, un grand entraînement et une rare beauté de style, produisirent un effet prodigieux. Les critiques venus de Paris à cette occasion, louèrent chaudement la musique, l’air et le duo surtout. Quelques-uns trouvèrent qu’il y avait dans le reste de la partition beaucoup de broussailles, et que le dialogue parlé manquait d’esprit. Ce dialogue est presque en entier copié dans Shakespeare...

    Cette partition est difficile à bien exécuter, pour les rôles d’hommes surtout. À mon sens, c’est une des plus vives et des plus originales que j’aie produites. À l’inverse des Troyens, elle n’exige aucune dépense pour la mettre en scène. On se gardera néanmoins de me la demander à Paris. On fera bien, ce n’est pas de la musique parisienne. M. Bénazet, avec sa générosité ordinaire, me la paya deux mille francs par acte, pour les paroles, et autant pour la musique, c’est-à-dire huit mille francs en tout. De plus, il me donna encore mille francs pour en venir diriger la représentation l’année suivante. J’en ai fait graver la partition de piano. La grande partition paraîtra plus tard ainsi que les trois autres, Benvenuto Cellini, la Prise de Troie et les Troyens à Carthage, si j’ai assez d’argent pour les publier. L’éditeur Choudens, en achetant mon opéra des Troyens, s’est bien engagé, par écrit, à publier la grande partition un an après la partition de piano, mais cette promesse n’a pas été mieux tenue que tant d’autres, et, à partir de la signature de ce contrat, il n’en a, etc., etc. Le duo des jeunes filles de Béatrice et Bénédict est maintenant fort répandu en Allemagne où on le chante fréquemment. Je me souviens, à propos de ce duo, que le grand-duc de Weimar, à mon dernier voyage chez lui, m’invitait quelquefois à souper en très-petit comité et se plaisait alors à me questionner sur mon existence à Paris et sur mille détails. Je l’ai bien étonné et attristé en lui dévoilant les réalités de notre monde musical. Mais un soir je le fis rire. Il me demanda dans quelle circonstance j’avais écrit la musique du duo de Béatrice: Vous soupirez, madame!

“ — Vous avez dû composer cela, me dit-il, au clair de lune dans quelque romantique séjour...

” — Monseigneur, c’est là une de ces impressions de la nature dont les artistes font provision et qui s’extravasent ensuite de leur âme, dans l’occasion, n’importe où. J’ai esquissé la musique de ce duo un jour à l’Institut, pendant qu’un de mes confrères prononçait un discours.

“ — Parbleu! dit le grand-duc, cela prouve en faveur de l’orateur! Il devait être d’une rare éloquence!”

Béatrice et Bénédict (commentaire et partition)

Textes et documents

© Michel Austin. Tous droits de reproduction réservés.