The Hector Berlioz Website

Les Orages désirés

Livret de Christian Wasselin; Musique de Gérard Condé

© 2003-2009 Christian Wasselin

Contenu de cette page:

Présentation
   I. Sur le fil des passions
   II. L’enfance d’un compositeur
Premières exécutions
Personnages
Argument
Livret

Présentation

 I.  Sur le fil des passions, par Christian Wasselin

    En choisissant de faire d’un artiste en devenir le héros d’un opéra, j’ai voulu exalter une singularité, une personnalité encore fragile mais déjà superbe, un adolescent qui sent un monde croître à l’intérieur de lui-même et se tend tout entier vers son idéal pour n’entendre que l’appel des passions qui grondent, fussent-elles incompréhensibles à ceux et surtout à celles qui l’entourent. Berlioz a douze ans au début des Orages désirés, à la fin il en a treize mais il s’est métamorphosé. L’amoureux éperdu a trempé son âme et n’a plus qu’un désir : devenir compositeur. Peut-être y a-t-il là un souvenir de mon propre émoi quand j’ai conçu, en découvrant à l’âge de douze ans la musique de Berlioz, quel était le pouvoir de l’évocation poétique, quel était celui de l’amour et de la musique dont le mystère transcende tout et fait du monde un rêve.

    Les Orages désirés empruntent leur titre à Chateaubriand et s’appuient sur un épisode réel de la vie de Berlioz, épisode romancé, recomposé ici pour les besoins du livret. Ils se déroulent vers 1815 : l’épisode des Cent-Jours compose la toile de fond historique de l’ouvrage (mais le temps historique est pulvérisé par les battements du temps intime), les Alpes en dessinent le décor. En se situant tantôt à l’intérieur de la maison des Berlioz, tantôt dans la nature immense et bienveillante, l’action de l’opéra suit les phases de dilatation et de concentration de l’imagination du jeune Hector, jusqu’à l’exaltation finale, irrésistible et définitive.

    Les Orages désirés jouent aussi sur le fil des sentiments : amour adolescent pour Estelle, enthousiasme du père d’Hector pour l’acupuncture, communion de la petite Nanci, crispations religieuses de la mère, ardeur militaire et donjuanisme de l’oncle, chants nostalgiques de paysans, chaleur extravagante du professeur italien Corsino, autant d’épisodes qui appartiennent à un temps idéal et naïf, autant de scènes légères comme un vernis qu’il suffit de craqueler pour mesurer la noirceur des abîmes et la gangue dont Hector doit s’extraire pour grandir à son art.

    Gérard Condé, par sa connaissance intime de l’œuvre et de la sensibilité de Berlioz, ne pouvait qu’être touché par un pareil sujet, et c’est la raison pour laquelle je le lui ai proposé. Par sa musique, qui ne connaît pas les préjugés et fait intervenir la violence et le trouble là où on les attend le moins, il peut mieux que quiconque évoquer la mélancolie, la candeur, les transports et le feu du personnage sans chercher à le travestir ni à le pasticher. Car il y a chez notre héros des nostalgies et des impatiences qui traversent les enfers du temps pour retrouver, au-delà des amours impossibles, le chant perdu et éperdu.

    Christian Wasselin

II. L’enfance d’un compositeur, par Gérard Condé

    Mettre en musique l’enfance d’un grand compositeur, le faire chanter, surtout, reste une gageure. Reynaldo Hahn et Sacha Guitry l’ont tenté pour Mozart et, si je me suis lancé dans l’aventure que me proposait Christian Wasselin, c’est avec autant d’enthousiasme que de sainte terreur. Avec beaucoup de curiosité aussi : à l’opéra, le sujet impose une musique qui reste à découvrir : qu’allais-je trouver au bout de mon crayon ?

    Un Berlioz de douze ans est nourri de romances de Boieldieu, de Monsigny, de Dalayrac. Sans souci excessif pour la couleur d’époque, un langage post-debussyste aurait été pour le moins inadapté ; quant à pasticher le style flamboyant des chefs-d’œuvre de la maturité, c’était restreindre l’objectif à celui d’un divertissement culturel. Car ce n’est pas le style de Berlioz qu’il fallait tenter d’approcher mais sa sensibilité profonde qui n’a rien à voir avec les idées reçues.

    J’ai donc préféré suivre son exemple quand, composant Les Troyens, il recherchait l’approbation tacite de Gluck. L’espoir de ne pas (trop) déplaire aux mânes d’Hector m’a guidé dans mes choix les plus aventureux ou m’a permis d’oser des mélodies touchantes, des harmonies essentiellement consonantes, des modulations licencieuses. Je n’en ai pas moins pris, avec le style d’époque, les mêmes libertés que l’auteur du livret avec la vérité historique, car le projet d’une création est, avant tout, l’invention d’un univers cohérent et, si possible, inattendu.

    Gérard Condé

Premières exécutions

Cet opéra aurait dû être créé en juillet 2003, dans le cadre du Festival de Radio France et Montpellier, dans une mise en scène de Sugeeta Fribourg. Il ne l’a pas été en raison de la grève des intermittents du spectacle qui a fait que de nombreux festivals ont été annulés en France cet été-là.

La création a eu lieu le 22 novembre 2003, à Radio France, mais sans mise en scène. La distribution était la même que celle prévue en juillet, sauf le rôle de la Mère d’Hector : Marie-Thérèse Keller, annoncée en juillet, fut remplacée par Elsa Maurus en novembre. L’orchestre (25 musiciens) et le chef étaient aussi les mêmes.

La première création scénique eut lieu, le 14 février 2009 au Grand-Théâtre de Reims, avec une distribution entièrement différente, un orchestre différent et un chef différent, dans une mise en scène de Sugeeta Fribourg (c’est-à-dire le metteur en scène qui avait été prévu en juillet 2003). La représentation suivante eut lieu le 14 mars 2009 à l’Opéra d’Avignon, avec les mêmes interprètes (sauf l’orchestre, qui était l’Orchestre de l’Opéra d’Avignon).

Personnages

La mère d’Hector (mezzo soprano)
Hector (soprano; rôle travesti)
Le père d’Hector (basse)
Estelle (soprano)
Le colonel, oncle d’Hector (ténor)
Nanci, sœur d’Hector (soprano ou voix d’enfant)
Il signor Corsino (baryton)

Argument

    L’action se situe vers 1815 au pied des Alpes.

    Hector Berlioz, jeune adolescent en proie au vague de ses passions, ne sait comment avouer à Estelle l’amour qu’elle lui inspire. Il va peu à peu comprendre que cet émoi ne doit pas être dit, qu’il lui faut au contraire s’éloigner d’Estelle et devenir musicien afin de magnifier le sentiment douloureux qu’il éprouve. Ce choix est celui de l’art qui transfigure l’amour et sauve de la mélancolie.

Premier tableau : décembre

    La mère du jeune Hector est inquiète, excédée : dehors, il fait une tempête de neige, et son fils n’est toujours pas rentré. Hector fait irruption, il ne répond pas à sa mère. Arrive le père, alarmé par la voix de sa femme ; il demande qu’on aide le garçon à se réchauffer. La mère s’irrite que son mari prenne toujours le parti de leur fils et sort. Hector, troublé, commence à se confier à son père, mais le docteur Louis tente de le raisonner ; il chante son bonheur de pratiquer son métier d’acupuncteur et conseille à son fils de voyager par les livres. Le docteur va se coucher, sans se soucier de l’humeur de son fils. Resté seul, Hector chante son amour impossible pour Estelle, qu’il a entrevue tout à l’heure dans la tempête : si elle venait ! Estelle arrive alors, comme une apparition. Le colonel Marmion, oncle d’Hector, vient tout gâcher en invitant Estelle à danser. Le mirage se dissipe. Hector finit par s’endormir.

Deuxième tableau : mai

    C’est la communion de Nanci, la petite sœur d’Hector. La mère est très exaltée, le père la tempère, Hector joue Hamlet avec des marionnettes et incite Nanci à chanter une chanson irrévérencieuse qu’il lui a apprise. La mère crie au blasphème, le père essaie de jouer les diplomates. Arrive l’oncle Marmion, qui annonce le retour d’exil de Napoléon et son propre désir de suivre l’empereur à Paris le jour même. L’héroïsme du colonel exalte Hector. L’arrivée d’Estelle convainc l’oncle, parrain d’Estelle, de rester à la communion. Tous partent pour la chapelle. Hector reste seul. Il se réfugie dans la nature, un livre à la main, et se souvient que l’année précédente, lors de sa propre communion, il a éprouvé un grand trouble mystique et musical. Estelle vient chercher le retardataire et se moque de sa mélancolie. De nouveau, l’oncle survient  : Hector, nouvel Hamlet, joue le cynique, se moque de son oncle et humilie la jeune fille. Estelle et l’oncle laissent Hector seul.

Troisième tableau : septembre

    Le docteur et sa femme font l’inventaire pour l’hiver. Le père annonce que le signor Corsino va donner des leçons de flûte à Hector, ce qui déplaît à la mère. Arrive Corsino, navré par le peu de talent de l’harmonie municipale qu’on entend au loin. Le maître de musique chante les prestiges de Naples, ville faite tout entière de musique. Hector arrive pour sa première leçon. Tous expriment les sentiments divers que suscite en eux la musique. La mère se retire pour aller chercher Nanci. Hector fait entendre à son maître et à son père une ballade qu’il vient de composer : le Cheval arabe. Estelle vient à passer, muette. Hector part à sa poursuite. Corsino et le père d’Hector évoquent leurs amours de jeunesse, puis Hector revient, sa guitare brisée dans un acte de désespoir. Il commence à concevoir que l’apprentissage de la musique est plus urgent que tout ; Corsino l’emmène travailler avec lui. La mère revient avec Nanci qui souffre de la poitrine, elle demande à son mari d’examiner la petite fille. Le père rentre dans son cabinet de travail. Il prépare un remède mais pense avant tout à son fils, dont il sent qu’il lui échappe. Nanci perd connaissance.

Quatrième tableau : février

    La petite Nanci est malade. La mère est à son chevet, le père s’interroge sur les pouvoirs de la médecine, Hector évoque le suicide par amour du fils de Corsino et affronte ses parents. Arrive l’oncle Marmion, poursuivi par les royalistes : l’Empereur est définitivement vaincu. Estelle va aider l’oncle à s’enfuir. Corsino a choisi de revenir en Italie et fait ses adieux. Monologue final d’Hector, soutenu par les autres voix : seul l’art peut transcender les amours impossibles, la musique l’appelle irrésistiblement.

    Ch. W.

Livret

L’action se situe vers 1815, au pied des Alpes.

Premier tableau : décembre

L’intérieur de la maison des Berlioz. La mère d’Hector, excédée, attend son fils. Dehors, il vente, il neige.

• N° 1 : AIR

LA MÈRE

Quel temps, mon Dieu,
quel temps, quel vent !
Comme il neige au dehors !
Comme il fait noir
ce soir !
Il n’est pas rentré,
Hector n’est pas rentré,
mon Dieu, où peut-il être ?
Hector, oh, mon Dieu !
Sainte Vierge Marie,
prenez pitié de ma détresse,
ne regardez pas nos fautes
et protégez-nous du malheur.
Oh, mon enfant, mon fils,
mon premier né !
Si tu avais disparu
pour toujours,
enlevé par la neige,
le vent, l’ouragan,
par Dieu sait quoi !
Mon enfant, ai-je su t’aimer,
ai-je su te le dire ?
Oh, mon enfant !
La nuit me l’a pris,
j’en suis sûre,
j’en mourrai.
Ai-je su t’aimer,
ai-je su te le dire ?
Oh, mon fils,
j’en mourrai,
j’en suis sûre, Hector,
oh, mon en...
(Hector fait tout à coup irruption. Il est tremblant et couvert de neige.)
Ah ! te voilà, Hector, te voilà enfin !
Où étais-tu ?
(Hector ne dit rien.)
Eh bien ?
(Hector persiste à ne pas répondre.)
Seras-tu toujours le même,
toujours sauvage,
silencieux, taciturne,
toujours insaisissable,
toujours à partir, à fuguer,
toujours à comploter en secret ?

DIALOGUE

LE PÈRE, entrant

Eh bien ! Quel tapage dans cette maison !

LA MÈRE

Encore une des folies d’Hector !

LE PÈRE

Mais il est couvert de neige ! Qu’on le change, et vite ! (La mère sort.)

• MÉLODRAME

LE PÈRE

Hector, tu n’es pas très raisonnable en ce moment...

LA MÈRE, apportant de quoi sécher son fils
Tenez ! Dieu sait quels sont ses démons !

LE PÈRE

Tu disparais pendant des heures... Que faisais-tu dans cette tempête ?

• N° 2 : AIR

HECTOR

Mon père, depuis la fin de l’été
je suis triste et gai sans raison.
Je fuis ma chambre et la maison,
je fuis la ville, je fuis le monde,
et je sens mon cœur agité
de grands désirs d’orage.
Je me tords dans mon lit,
je rêve l’Italie.
Oh, que mon corps vagabonde,
sans livre, sans bagage !
Vous seul, mon père, vous seul pouvez savoir,
vous seul...

• DIALOGUE

LE PÈRE

Mais tu as de la fièvre ? Serais-tu souffrant pour de bon ?

HECTOR

Comment vous expliquer ?

LE PÈRE

La tête ? La poitrine ? Réponds-moi, Hector.

HECTOR

Je ne sais pas, je ne sais plus.

LE PÈRE

Il faut te distraire.

HECTOR

A quoi bon ?

LE PÈRE

Essaye de te concentrer sur quelque chose. La science apaise les maux du cœur, tu verras.

HECTOR

Vous croyez ?

LE PÈRE

Si tu veux prendre ma succession, fais comme moi, étudie.

HECTOR, avec désarroi

Je voudrais vivre !

LE PÈRE

J’ai passé des heures merveilleuses dans la compagnie des traités des Chinois, et des malades, pour devenir acupuncteur !

HECTOR, à la fois dubitatif et moqueur

Médecin !

• N° 3 : AIR

LE PÈRE

De tous les remèdes,
je n’en connais qu’un
qui soigne aussi bien
trappeur d’Amérique,
notaire africain,
vieillard anémique,
poëte amnésique,
laitière, mégère,
bergère légère
ou curé bilieux.

Hector, tu m’entends ?

Cet art délicat,
pour le pratiquer
il faut du doigté :
c’est l’acupuncture.
Aucun instrument
sinon des aiguilles
de métal subtil
plantées adroitement.
La moindre valvule
alors réagit,
tout vit, tout circule,
tout n’est qu’énergie !

Hector, tu comprends ?

Oubliés, pommades,
flacons et breuvages,
canules, pilules,
capsules, gélules !
Oubliés, tisanes,
ampoules, dragées,
collyres, pastilles,
vivent les aiguilles !
Deviens l’héritier
des sages d’Asie !
Du grand Confucius
tu seras mandarin !

• MÉLODRAME

HECTOR, enjoué

Mon père, quelle exaltation !

LE PÈRE, solennel

Le métier qu’on choisit doit vous donner une raison de vivre.

HECTOR

Pour moi, la Chine est le pays des départs, des matins qui se lèvent sur la mer et des aventures sans fin !

LE PÈRE

Bien sûr, bien sûr.

HECTOR

L’Orient, l’Orient ! Les jonques ! Les pagodes !

LE PÈRE

Je connais un moyen plus sage de voyager.

HECTOR

La musique ?

LE PÈRE

Non, non : les livres.

HECTOR

Les atlas que vous m’avez montrés l’autre jour dans votre cabinet ?

LE PÈRE

Par exemple.

HECTOR

Et les romans qui se passent loin, très loin, au bout du monde ?

LE PÈRE

Ils nous font rêver, ils évitent qu’on s’expose au danger, ils nous enseignent la sagesse.

HECTOR

Je préfère choisir ma folie ! Bonne nuit, mon père.

LE PÈRE

Bonne nuit, Hector, je te laisse avec tes rêves. (Il sort.)

• N° 4 : RÉCITATIF, AIR ET TRIO FINAL

HECTOR

Seul enfin !
Avec la nuit qui vient,
avec cette idée de l’amour !
Oh, j’aimerais partir à jamais,
chevaucher les comètes,
trouver le repos
entre ciel et mer,
seul avec le soleil sur une île !
L’Orient ! L’Italie ! L’Océan infini !
(Il prend sa guitare et se met à jouer.)
Mon étoile, c’est elle,
mon île, c’est Estelle !
Elle est brune, elle est douce,
elle a les yeux bleus des Circassiennes !
Les volcans et la lune,
les astres, les planètes
ne me parlent que d’elle.
Elle est ma vestale, mon totem !

ESTELLE, apparaissant à la manière d’un fantôme

Me voici, qui m’appelle ?
Quel enfant égaré
vient de crier vers moi ?

HECTOR (parlé, pendant qu’elle chante)

Estelle ! Je t’ai vue tout à l’heure dans la tempête, pourquoi reviens-tu ?

ESTELLE, sans voir Hector

Ces volets, ces rideaux
sont-ils une prison ?
Et la nuit est si noire !
Comment le secourir ?

HECTOR (parlé )

Puisque tu es là, sois donc toute à moi ! (Il continue de jouer de la guitare, comme mécaniquement.)

ESTELLE

Je vis comme je rêve,
je parle comme je chante
et je marche comme je danse.

L’ONCLE, apparaissant à son tour

Qui parle ici, qui parle de danser ?

ESTELLE

Colonel !

HECTOR, avec stupeur

Mon oncle !

L’ONCLE

Estelle ?

ESTELLE

Moi-même, pour vous servir, colonel.

L’ONCLE

Voulez-vous danser avec moi ?

HECTOR

Danser ? Guitare, vas-tu me trahir ? Vas-tu jouer pour eux ?

ESTELLE

Moi, danser ? Colonel...

L’ONCLE

Ne soyez pas timide !

ESTELLE

Fort bien, colonel ! (Ils dansent tous les deux.)

HECTOR

Plus je joue, plus ils dansent ! Désespoir !

L’ONCLE

Laissez-vous porter, Estelle !

ESTELLE

Je me laisse faire, colonel !

HECTOR

Personne pour me voir ! Personne pour m’entendre !
Mon père, où êtes-vous ?

LA MÈRE (parlé), au loin

Hector, tu vas réveiller ta sœur !

L’ONCLE

Valsons !

ESTELLE

Pas si vite !

LA MÈRE, au loin

Vas-tu cesser ce tapage ?

ESTELLE

Il est tard...

L’ONCLE

Votre parfum me grise.

ESTELLE

Où m’emmenez-vous ? C’est qu’il fait noir !

L’ONCLE

Laissez-vous guider !

L’ONCLE et ESTELLE

Valsons, valsons !
(La vision s’évanouit.)

HECTOR

Ils se sont évaporés. Hélas ! Mon île s’est enfuie, mon étoile s’est éteinte. Il me reste la nuit.
(Il continue de jouer de la guitare puis finit par s’endormir.)

Deuxième tableau : mai

C’est le matin de la première communion de Nanci. Hector est seul et silencieux, il joue avec un théâtre de marionnettes.

• N° 5 : MÉLODRAME (sur le chœur)

ESTELLE, L’ONCLE et CORSINO (voix lointaines)

Gloria, gloria !
Nanci, gloria !
Rosa purpurea,
omnes angeli
tibi proclamant :
Nanci, gloria !

HECTOR

«Vous venez chercher le prince Hamlet, le voici.»

LA MÈRE, arrivant avec son mari et Nanci

Vous ne voyez pas comme elle a retrouvé ses couleurs ? Elle qui était si pâle, si fluette l’hiver dernier !

LE PÈRE

Mes aiguilles y sont pour beaucoup, et le soleil !

LA MÈRE

Ta première communion, ma petite Nanci, quel grand jour, Seigneur !

LE PÈRE

Un beau jour de printemps, voilà tout.

ESTELLE, au loin

Gloria, gloria, etc.

LA MÈRE

Où sont les fleurs et les dragées ? Hector, va les chercher !

HECTOR
«Être ou ne pas être, c’est la question.»

LE PÈRE
J’y cours ! (Il sort.)

LA MÈRE

Et toi, Hector, tu ne fais jamais rien pour nous rendre service !

HECTOR

«Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark.»

LE PÈRE, revenant

Voici les dragées.

LA MÈRE

Et la couronne ?

LE PÈRE

La couronne ? Je l’apporte dans l’instant ! (Il sort.)

HECTOR

«Ophélie chantait, sa guirlande à la main.»

LA MÈRE

Tu vas être mignonne ainsi. Notre curé sera content.

• CHANSON

NANCI

Louison avait quinze ans
Ne voulait épouser
Ni juge ni notaire
Préférait les corsaires.

LA MÈRE

Nanci ?

HECTOR

«Le bouffon fera rire les gosiers chatouilleux.»

NANCI

Un jour elle embrassa
Un flibustier anglais
Dans les brumes du Nord
Un petit peu trop fort.

LA MÈRE

Assez !

HECTOR

C’est à la fin qu’on rit le mieux.

NANCI

Hélas elle fut grosse
Et son père aux abois...

LA MÈRE

Nanci, qu’est-ce que c’est que ces horreurs ?

LE PÈRE, revenant avec une pièce montée

Et voilà !

HECTOR

Bravo !

NANCI

Bravo ! bravo !

LE PÈRE

Vous verrez : un vrai délice !

LA MÈRE

Toujours à se moquer de tout !

LE PÈRE, chantonnant

Les dragées pour stimuler la foi...

LA MÈRE
Un jour pareil !

LE PÈRE
Les gâteaux pour fortifier l’esprit.

LA MÈRE

Taisez-vous donc, mécréant !

LE PÈRE

Autrefois, dans les familles,
on nous apprenait, on nous répétait
que la sagesse vient en jeûnant
et que l’appétit vient en mangeant !
(Hector et Nanci applaudissent.)

• DIALOGUE

LA MÈRE

Nous allons être en retard. Hector, s’il te plaît, va chercher la couronne de ta sœur.

HECTOR

Non, je n’irai pas.
(Nanci éclate en sanglots et quitte la scène avec son père.)

LA MÈRE

Comment ?

HECTOR

Ma mère, je n’ai pas envie de vous mentir...

LA MÈRE

Tu es de plus en plus retors...

HECTOR

Ni à vous, ni à Nanci.

LA MÈRE

De plus en plus secret.

HECTOR

Vous ne pouvez pas me comprendre.

LA MÈRE

Tu n’es bien qu’avec tes pantins ! (Appelant :) Nanci ! Nanci !

HECTOR

Mes personnages ont besoin de moi pour vivre.

LA MÈRE

Des chiffons, des chimères !
(Le père rentre avec Nanci.)

HECTOR

Ce monde est pour moi un enfer ! Vous êtes tièdes et sans désir ! Et nous n’avons pas le même dieu !

LA MÈRE, à son mari

Ah, voilà le fruit de vos leçons !

LE PÈRE

La journée avait pourtant bien commencé.

LA MÈRE, à Hector

J’espère que tu n’auras pas l’audace d’aller communier après un pareil blasphème !

HECTOR
N’ayez crainte, ma mère.

LA MÈRE

Nous en reparlerons (A son mari :) Et vous, venez. Sinon mon frère va nous attendre lui aussi.

LE PÈRE, conciliant

Allons, viens, Hector !

LA MÈRE, furieuse

Oubliez-le ! Il est grand temps de nous rendre à la chapelle.

• N° 6 : AIR DIALOGUÉ

L’ONCLE, survenant, plein d’agitation

Victoire, victoire !

LA MÈRE

Mon frère ? Je vous croyais à la chapelle...

LE PÈRE

Qu’arrive-t-il ?

L’ONCLE

L’Empereur ! Victoire !

HECTOR, se dressant tout à coup

Napoléon !

L’ONCLE

Il a quitté l’île d’Elbe, il revient !

HECTOR

L’Empereur est là !

L’ONCLE
Victoire !
L’aigle est de retour.
Il a berné ses ennemis,
il revient épouser la France !

LA MÈRE

C’est bien le moment !

L’ONCLE

Napoléon va nous libérer.
La victoire est pour bientôt,
les canons, les drapeaux, la gloire !

HECTOR

La gloire !
(Nanci se bouche les oreilles et sort en courant.)

L’ONCLE

Comme un titan il a brisé ses chaînes
et ses grognards l’ont suivi.
Hier il était en Provence,
à deux pas du Rhône,
acclamé par la foule
et par tous ceux qui l’attendaient !
Il marche sur Paris,
rien ne l’arrête,
ni complot, ni faction, ni menace,
il avance comme l’air, comme le feu.
Je l’ai vu ce matin
sur son cheval ailé,
il était près d’ici.
Demain il sera loin,
prêt à livrer bataille.
C’est le moment de partir,
de le suivre !

HECTOR

Partir, partir !

LE PÈRE

Encore des complications !

L’ONCLE, très exalté
Le roi Bourbon est en fuite !
Demain, Napoléon sera couronné !
La France va renaître
et Paris va chanter !

HECTOR

Paris !

CHŒUR LOINTAIN (Estelle, Nanci, Corsino)

Gloria, gloria, Nanci, gloria !

LA MÈRE

Mon frère, s’il vous plaît, vous nous raconterez vos histoires tout à l’heure ! (Appelant :) Nanci, Nanci ! (Elle sort à la poursuite de Nanci.)

• MÉLODRAME (sur le chœur lointain)

LE PÈRE, à l’oncle

Qu’allez-vous faire, maintenant ?

L’ONCLE

Suivre Napoléon, pardi, sans perdre une heure !

LE PÈRE

Et la communion de Nanci ? Vous êtes son parrain...

L’ONCLE, solennel

C’est juste, mais l’Histoire n’attend pas.

VOIX D’ESTELLE, se rapprochant

Venez, venez ! Hector, Nanci, venez !

L’ONCLE

C’est la voix d’Estelle ?

LE PÈRE

Si vous restiez au moins jusqu’à ce soir, et ne partiez que demain ?

L’ONCLE

Demain, demain...

VOIX D’ESTELLE

Courons à la chapelle,
traversons les prairies
dans le soleil de mai.

LE PÈRE

La diligence part à l’aube. (Avec une légère ironie :) Vous seriez sur la route de l’Histoire dès la première heure.

ESTELLE, arrivant

Eh bien, docteur ? Eh bien, colonel ?

HECTOR

Estelle ?

ESTELLE, au père et au colonel

Le curé nous attend. Vous êtes très en retard !
(Se tournant vers Hector :) Et notre ami Hector, il ne vient pas ?

LE PÈRE

Ne boude pas, Hector, rejoins-nous !
(Estelle et l’oncle sortent, suivis du père.)

ESTELLE, s’éloignant

Venez à la chapelle,
allons fêter Nanci.

LE PÈRE et L’ONCLE, avec un peu d’ironie

Ta grâce nous décide,
que tes lèvres nous guident.
Nous te suivons, Estelle,
à la chapelle/jusqu’à l’autel.

• N° 7 : RÉCITATIF PUIS AIR AVEC CHŒUR

HECTOR, resté seul

Estelle, hélas !
Mais mon oncle est là, et mon père
et ma mère, et cette foule !
Non, je n’irai pas dans cette chapelle !
J’y ai trop de souvenirs !
Je ne pourrais écouter ni la musique,
ni le silence !
J’y oublierais même Nanci,
ma petite sœur chérie !
Ah, je resterai toujours un enfant sauvage !
Qui me comprendrait ?
Cette abeille ? ce papillon ? cette libellule ?
Marcher ? Partir ? Partir !
Partons, marchons, fuyons,
c’est ce qu’il y a de mieux à faire.
Et que la montagne me berce !
(Hector prend un livre et un grand manteau sombre, malgré le soleil. Il sort. Changement de décor. On se retrouve dehors.)

CHŒUR DE PAYSANS, au loin

Sancta Magdalena,
ora pro nobis hodie.
Sancta Maria,
Te rogamus,
audi nos !

HECTOR

Je les connais ces chants, ces chants sacrés.
C’était il y a un an, dans la chapelle,
un beau jour de printemps comme aujourd’hui.
On célébrait ma communion,
je priais, je rêvais, j’écoutais.
Tout à coup un chœur d’anges,
et le vent, et ce grand orgue :
les sons, les voix, les cloches,
le chant du ciel et du monde !
Quel émoi, quelle étreinte !
Pouvoir des bruits et de l’espace !
Et ce livre qui me fait mal aujourd’hui !
Je rêve trop, je ne vis pas assez.
Comment vivre ?
Comment aimer sur la terre ?
De quel balcon apercevoir le paradis ?

• N° 8 : AIR VARIÉ

ESTELLE, survenant

Eh bien, monsieur Hector ?

HECTOR

Estelle !

ESTELLE

On va passer à table
et vous restez ici
seul sur votre banquise ?
Venez sous les tilleuls !

HECTOR

Jamais !

Estelle

Nanci nous y attend.
Elle est tout attristée
qu’aussi brutalement
son frère l’ait quittée.
Vous n’êtes pas seul au monde, Hector.

HECTOR

Je n’ai rien à faire là-bas.

ESTELLE

Pourquoi cet air sévère,
ce manteau et ce livre,
mon terrible corsaire ?
Venez, il faut me suivre.

HECTOR

Non, restez avec moi au contraire. Restez ! Estelle !

ESTELLE

C’est trop d’enfantillages,
vos fugues, vos chimères !
Vous n’êtes qu’un sauvage,
un oiseau noir des mers !

• DIALOGUE

HECTOR

Pourquoi restez-vous ici ? On va se demander ce que vous êtes devenue. On va imaginer...

ESTELLE

Vous avez raison, d’ailleurs vous êtes très bien tout seul.

HECTOR, tout à coup

Non, non ! Estelle, ne m’abandonnez pas ! Vous pourriez tout m’apprendre si vous vouliez !...

ESTELLE

Finalement, je vous préfère quand vous vous taisez.

• N° 9 : FINALE

L’ONCLE, survenant

On vous cherche, Estelle, on vous attend.

ESTELLE

Colonel, voyez cet enfant !

L’ONCLE

C’est lui qui vous retient ici ? Que veut-il, à la fin ?

ESTELLE

Il veut... je ne sais pas !

L’ONCLE, moqueur

L’apprenti alchimiste, il voudrait...

HECTOR

Non, je ne veux rien, je ne veux plus rien !
Qui êtes-vous, mon oncle ?
Qui avez-vous juré de tuer aujourd’hui ?
La reine de Prusse ? Une princesse espagnole ?
Cette jeune fille ?

ESTELLE

Hector, voyons...

HECTOR

Ou peut-être voulez-vous l’enlever ?
A moins que vous préfériez me supprimer
moi-même d’un coup de poignard ?

L’ONCLE

Hector...

HECTOR

Quant à vous, mademoiselle,
méfiez-vous des oncles, méfiez-vous des hommes,
vous pourriez perdre beaucoup.
Pour ma part, je ne vous connais plus.

ESTELLE

Quelle est cette comédie ?

HECTOR

Disparaissez, je vous prie.

ESTELLE, bouleversée

Qu’ai-je fait ? Qu’ai-je dit ?
Pourquoi êtes-vous tout à coup si blessant, si cruel ?

L’ONCLE

Ne pleurez pas, Estelle. (A Hector :) Tu te conduis mal...

HECTOR

Mademoiselle, il y a une araignée dans votre nid.

L’ONCLE

Hector !

HECTOR

Monsieur, il y a de la pistache dans vos moustaches.

ESTELLE

Et moi qui étais prête à devenir son amie !

L’ONCLE

Il ne le mérite pas.

HECTOR

Disparaissez tous les deux, vous me fatiguez autant l’un que l’autre. Je ne suis plus oiseau, je suis scorpion, je suis vipère !

CHŒUR (lointain, pendant la suite)

Ce soir, sous l’ormeau,
bergère légère,
prends bien garde au pipeau
de l’adroit Colas :
dans sa musette
l’amour te guette.

L’ONCLE

Laissons-le, Estelle, puisqu’il le veut ainsi.

ESTELLE

Soit. Adieu, Hector.

L’ONCLE

Venez, que je vous raconte comment dès demain je vais rallier l’Empereur et devenir un héros.

ESTELLE, retrouvant sa bonne humeur

Oui, colonel ! Mais rejoignons les autres sous les vertes tonnelles !

L’ONCLE

S’il le faut... (Ils s’éloignent.)

HECTOR, resté seul.

Inconstance ! Trahison !
Tu finiras à la guerre, un sabre dans la gorge et les yeux dans la boue !
Et toi dans un couvent !

Troisième tableau : septembre

C’est la fin de l’été. Il fait doux. La mère et le père d’Hector procèdent à un inventaire afin d’affronter l’hiver sans souci.

• N° 10 : DUO

LA MÈRE

Tabac blond, tabac brun,
chandelle, huile à brûler
Pour vous qui veillez tard.

LE PÈRE

Le vin, quand vient l’automne,
prend un bouquet sauvage,
des teintes violettes.

LA MÈRE

Chocolat, sucre roux,
thé, café, sirop d’orgeat,
riz blanc, lentilles,
clous de girofle, cannelle,
laurier-sauce.

LE PÈRE

Le vin, quand vient l’automne,
prend toute son étoffe.

LA MÈRE

Voici votre alambic...

LE PÈRE

Et l’acide ascorbique ?

LA MÈRE

... les pipettes, les tubes...

LE PÈRE, cherchant

Maintenant, mes aiguilles...

LA MÈRE

... et le coagulant.

LE PÈRE

... mes outils les plus chers !
Mais où se cachent-elles ?
Voyons, je les avais rangées
près de cette console, voyons...

LA MÈRE, toute à son affaire

Ce beau coton de Flandres,
ces draps, ces édredons
en toile de Hollande !

LE PÈRE

Aidez-moi, voulez-vous ?

LA MÈRE, n’écoutant pas

Les plumes et les encres
pour écrire vos comptes...

LE PÈRE, angoissé

Mes aiguilles, mes aiguilles : perdues !

LA MÈRE

... et pour vos ordonnances.

LE PÈRE, exultant

Mes aiguilles... ah, les voilà !
Facétieuses aiguilles !

LA MÈRE, toujours indifférente

Indigo, amidon
et savon de Marseille !
(On entend au loin de la musique militaire)
Écoutez ! Encore cette musique ! Et notre fils qui ne songe qu’à jouer de la guitare !

LE PÈRE

Aussi, je vais lui faire donner des leçons de flûte...

LA MÈRE

Comme s’il n’y avait pas assez de bruit à la maison !

LE PÈRE

Le signor Corsino...

LA MÈRE

Cet Italien ?

LE PÈRE

... ferait un très bon maître de musique.

LA MÈRE

Le chef de la fanfare du village, ces paysans !

LE PÈRE, n’écoutant plus et s’exaltant tout à coup

Ah, j’aime quand la science et la nature
œuvrent de concert !
La terre, les moissons,
et le travail des hommes !

LA MÈRE

N’attendons pas l’hiver
pour réparer le toit
et peindre les volets.

LE PÈRE

Ah, le beau potager !
La surface a encore doublé,
la production a décuplé !
Le miel de nos ruches aussi !

LA MÈRE

Revenez sur la terre !
Pensez au colombier,
à l’étable, au grenier, au cellier !

• DIALOGUE

CORSINO, apparaissant

Ouf !

LE PÈRE

Maestro, nous vous attendions ! (La marche militaire s’évanouit au loin.)

CORSINO

Ah là là, vous les entendez, ces musiciens ?

LA MÈRE

Et comment !

CORSINO

Je les ai laissés, ils s’arrêteront d’eux-mêmes.

LE PÈRE

Ce ne sont pas de mauvais bougres.

CORSINO

Des galopins, vous dis-je ! J’ai tout essayé, je ne peux rien en tirer !

LA MÈRE

Les gens d’ici ont mieux à faire qu’à jouer les cigales.

CORSINO

Les cigales ?

• N° 11 : AIR

CORSINO

Si vous connaissiez Napoli !
Au pied du Vesuvio
les flûtes sont douces
comme des fruits mûrs,
les voix font des bouquets
et les vagues murmurent
en glissant dans le golfe.
Écoutez bien !
A l’heure où les divas soupirent «di tanti palpiti»,
les marins sur le port
battent des mains en regardant
les filles danser au bruit des sistres,
et les cris des gamins font chavirer nos rues.
Oh il canto dei ragazzi nella notte,
l’amore della Madonna,
et sous les voûtes des églises
les noirs abbés qui bourdonnent !
La ville s’enivre,
sa plage est une scène d’opéra,
le volcan crie bravo,
lance ses confettis et ses coups de canon !
Et la mer, ah, il bel mare !
Ici, il n’y a ni volcan, ni mer, ni artistes.
Rien ne résonne de ce côté des Alpes,
rien ne murmure, rien n’éclate.
Il n’y a que la montagne au loin,
et elle ne renvoie que le silence.
Triste pays où rien ne palpite, ohimè !
Où es-tu, mon Italie, bel paese mio ?
Oh, mon Italie !

LE PÈRE et LA MÈRE

Il n’y a que la montagne au loin,
et elle ne renvoie que le silence.
Heureux pays où rien n’éclate !
Elle est loin, son Italie !

• DIALOGUE

LA MÈRE

Faut-il vraiment qu’il apprenne la flûte ?

LE PÈRE, appelant

Hector ! Hector !

HECTOR, apparaissant avec sa guitare

Vous m’avez appelé, mon père ?

LE PÈRE

Hector, voici monsieur Corsino, le maestro dont je t’ai parlé.

HECTOR

Oh, monsieur Corsino ! C’est donc vrai ? C’est vous qui serez mon maître ?

LA MÈRE

Rien n’est encore fait.

HECTOR

Ce que je veux, surtout, c’est composer. Quand allons-nous commencer ?

CORSINO

Sans tarder, mais sans nous précipiter.

• N° 12 : QUATUOR

CORSINO (puis les autres, en écho)

La musique,
mon cher Hector,
est un art
et une science...

LA MÈRE

Méfiance !

CORSINO

Une science
qui exige de la constance
et l’obéissance
à son enseignement.

LA MÈRE

Obéissance !

CORSINO

On n’est pas compositeur...

HECTOR

Compositeur !

LA MÈRE
Compositeur,
quel malheur !

CORSINO

... sans rigueur
ni âpre labeur.

HECTOR

Mais n’est-on pas compositeur
en laissant parler son cœur ?

LA MÈRE

On n’est pas compositeur
sans offenser le Seigneur.

LE PÈRE

Car un vrai musicien
comme un bon médecin
conjugue érudition
et imagination.

HECTOR

Chanter avec le monde,
faire entendre la nuit,
donner une forme au silence,
vibrer, vibrer, vibrer !

LA MÈRE

Les chœurs de nos églises,
les chants de nos campagnes,
voilà qui me convient
et fortifie mon âme.

CORSINO

Les modulations, les variations,
Les augmentations, les diminutions,
Les fausses relations, les substitutions,
contrepoint fleuri,
canon à l’écrevisse,
triple fugue, tierce picarde,
sixte napolitaine,
tritons, mutations,
exposition, réexposition...

LA MÈRE

Langage infernal !

DIALOGUE

LE PÈRE, l’interrompant

Merci, signor Corsino, merci.

CORSINO

Il est temps de commencer la leçon.

LA MÈRE

Voici le vent qui se lève, comme tous les soirs. Il faut que j’aille chercher Nanci. Je vous laisse. (Elle sort.)

HECTOR, sortant de sa poche un rouleau de papier à musique

J’ai composé une ballade.

CORSINO

Voyons un peu...

HECTOR

Non, la musique n’est pas faite pour être lue. Écoutez !
(Il annonce fièrement le titre et chante.)
«Le Cheval arabe ou le Roi des sables.»

• N° 13 : BALLADE

«J’ai perdu mon coursier, ah plaignez mon malheur !
Tué par un archer dans un croissant de lune.
Sur son dos ondoyant je chevauchais les dunes,
Je voyais les houris et je sentais les fleurs.

«Ce bel et noble ami
Plus léger que les vents,
Plus brillant que la nuit,
Il dort enseveli sous les sables mouvants.»

CORSINO (parlé), au père

Il y a bien des gaucheries encore...

LE PÈRE

Des fautes ?

HECTOR

Écoutez la suite !

«Je tenais mon cher fils serré sur ma poitrine
Et l’enfant s’écriait : En avant la cavale !
A l’ombre des mosquées crépitaient les cigales
Et dans la nuit tombée se balançaient les djinns.

«Ce bel et noble ami, etc.»

LE PÈRE

Que de lumière dans cette musique...

CORSINO

Le feu couve sous la douceur...

HECTOR

«Je craignais trop l’archer pour me méfier du vent.
Mon cheval est tombé au pied d’un minaret
Mais quand il s’est couché, terrassé par le trait,
J’ai vu qu’avait aussi disparu mon enfant.»

«Ce bel et noble enfant
Dérobé par le vent,
Ne dort pas dans le sable...»
(Estelle, au loin, vocalise l’air d’Hector. Hector est troublé.)
Estelle !... Mon maître, mon père, pardonnez-moi, je dois, il faut... (Il se lance à la poursuite de la jeune fille.)

LE PÈRE

Il est parti sans finir sa chanson !...

CORSINO

Serait-il amoureux, lui aussi ?

LE PÈRE

Amoureux ? Mon enfant ?

CORSINO

Comme mon fils, hélas, comme nous à leur âge.

LE PÈRE

Ne m’en parlez pas.

• N° 14 : ROMANCE DIALOGUÉE ET SCÈNE EN TRIO

CORSINO

J’avais quinze ans, je vibrais comme lui.
J’avais les joues en feu et j’aimais une belle.

LE PÈRE

Ah, taisez-vous !

CORSINO

Je reçus un baiser, je me crus aimé d’elle.
Ah, si vous connaissiez la douceur de nos nuits !

LE PÈRE, comme en proie à un souvenir douloureux
Je l’ai connue jadis...

CORSINO

Je rêvais sous le ciel d’Ischia.
Elle s’appelait Pia, elle était pâle et ronde !

LE PÈRE

Vous avez dit Pia ?...

CORSINO

Le monde me berçait et me parlait d’amour !
Jusqu’au moment hélas où se levait le jour.

LE PÈRE

Elle était pâle et ronde... à Ischia ?

CORSINO

Mais oui.

LE PÈRE

Elle s’appelait Pia ?...

CORSINO

Comme je vous le dis. Est-il possible que vous...

LE PÈRE

Un voyage de jeunesse, mon seul voyage... N’en parlons plus, voulez-vous ? (Hector revient, sa guitare brisée.) Hector ! Mais... qu’as-tu fait de ton instrument ?

HECTOR

Jamais je ne pourrai chanter l’élan qui me soulève ni le feu qui me ravage ! Oh, Pardon, ma guitare !

LE PÈRE

Mon fils...

HECTOR

Mon père, si vous saviez ! Mais non, vous ne pouvez pas savoir.

LE PÈRE

Qu’entends-tu...

HECTOR

Je n’entends rien, je ne sais pas, je ne sais plus. Ou je ne sais que trop. J’aime, je le sais, et je ne sais comment le dire.

CORSINO

Hector, il faut apprendre.

HECTOR

M’aiderez-vous ?

CORSINO

Venez avec moi, je veux vous enseigner tous les secrets de l’harmonie.

LE PÈRE

Ton maître a raison, Hector.

CORSINO

Allons !

HECTOR

Commençons. (Il sort avec Corsino.)

LE PÈRE, resté seul et se dirigeant vers son cabinet de travail

Que de gouffres dans cet enfant !

• DIALOGUE

NANCI (chanté), à voix éteinte

Louison avait quinze ans...

LA MÈRE, revenant avec Nanci

Nanci se plaint de la poitrine.

NANCI

Ne voulait épouser...

LA MÈRE

Elle a dû prendre froid.

NANCI

Ni juge ni notaire...

LA MÈRE

A moins qu’elle n’ait trop chanté, hier, avec son frère.

NANCI

Préférait les corsaires...

LA MÈRE

J’aimerais que vous l’examiniez.

LE PÈRE, évasivement

Oui, oui. Ne craignez rien. Je vais la soigner.
(La mère s’éloigne avec Nanci. Le père entre dans son cabinet de travail et reste perdu dans ses pensées.)
Le sable me fuit entre les doigts.

• N° 15 : AIR

LE PÈRE

Que de gouffres !
Cet enfant ! Mon enfant ! Mon fils !
Amoureux, et si secret, si insondable !
Amoureux, comme je l’étais autrefois !
Qu’ai-je fait de cet amour,
qu’ai-je fait de ma vie ?
Médecin, acupuncteur !
Hector sera-t-il mon disciple jusqu’au bout ?
Deviendra-t-il ce que je suis devenu ?
Il ne pense qu’à s’envoler
et mes aiguilles sont impuissantes
à percer les montgolfières,
à détourner les planètes.
Mon enfant, mon fils,
secret si insondable !
Et s’il m’échappait ?
Si la musique avait raison de lui,
de nous, de moi ?

LA MÈRE (parlé), au loin

Venez vite, Nanci vient de s’évanouir !

LE PÈRE

Nanci !

Quatrième tableau : février

L’intérieur de la maison des Berlioz. Nanci est très malade.

• N° 16 : BERCEUSE

LA MÈRE

Nanci, pour toi, Nanci,
le matin ne se lèvera plus
ni demain ni jamais.
La nuit te prend dans ses bras
pour te sauver du mal.
Pour moi, il me reste à espérer
te rejoindre un jour dans la lumière.
Il faut dormir.
La lune est un nouveau soleil.

LE PÈRE

Il est tard. Croyez-vous...

LA MÈRE

Nanci, ma petite fille, pourquoi partir si tôt ?

LE PÈRE

Qui va la prendre sous sa protection ?

HECTOR

Ah, mon père, où sont vos croyances d’autrefois ?
Où est votre science ?
Ce n’est pas la poitrine qui est malade, c’est l’âme,
c’est elle qu’il faut guérir !
Carlo, mon ami...

LA MÈRE

Ton complice !

HECTOR

Le fils de Corsino, mon maître,
il était amoureux, savez-vous ce que c’est ?

LA MÈRE

Ne parle pas de cette histoire !

HECTOR

Souvenez-vous, le hangar
près du calvaire :
son père l’a trouvé un matin
pendu à une poutre.
Le fils de mon maître,
un enfant prisonnier d’un feu
auquel il ne pouvait rien !
Elle n’était pas pour lui,
on le lui répétait tous les jours :
il a fini par le croire.
Mais la vie sans amour ?

LE PÈRE

Tais-toi !

LA MÈRE, sans trop y croire

Hector, ton père a raison. Le temps est à la prière.

HECTOR

Mensonge, mensonge, mensonge !
Dieu ne peut rien pour Nanci,
vous le savez comme moi !
Seule la musique peut la sauver
si nous jetons dans nos voix
toutes les forces qui nous restent !
Nanci, Nanci, toi seule
tu savais me comprendre,
toi seule tu supportais mes folies, ma guitare.
Un jour, nous aurions joué ensemble...

LA MÈRE

Nanci, pour toi, Nanci, etc.

LE PÈRE, accablé

Nanci, Nanci,
j’ai trop tardé à te soigner, je n’ai pas été digne de mon art.

• N° 17 : SCÈNE ET ARIOSO

L’ONCLE, survenant

Hector !

HECTOR

Mon oncle !

LA MÈRE

Je te croyais parti depuis longtemps.

L’ONCLE

Estelle m’a dit que Nanci...

LA MÈRE

Nanci ! Elle est au plus mal.

L’ONCLE

Je suis venu la voir.

LE PÈRE

Vous prenez des risques insensés en restant ici. Qu’espérez-vous ?

L’ONCLE

Tout est perdu.
Nous sommes des milliers de proscrits.
Le chaos est la loi.
L’Empereur est devenu l’Ogre,
l’Usurpateur, celui qu’il faut abattre.
Je suis traqué par les meutes royalistes.
Vous les entendez ? Je dois partir !

HECTOR

Mais la gloire, le combat ?

L’ONCLE

Tout est fini, Hector, il n’y a rien à espérer que l’exil.

HECTOR

Fuir ?

L’ONCLE

Un jour, tu comprendras ce qu’on éprouve
à n’être qu’un gibier dans son propre pays.
Crois-moi, la vie vaut mieux que tout.

LA MÈRE, à l’oncle

Le temps presse, embrasse Nanci une dernière fois.

L’ONCLE, s’approchant de Nanci

Elle est paisible.

LE PÈRE

Ne tardez pas, les blancs sont partout, ils vous cherchent.

L’ONCLE

Oui, oui, je vais partir. (On frappe. L’oncle est terrorisé.) La police ! le roi !

LE PÈRE

Non, c’est Corsino. (Il va ouvrir.) Entrez, maestro.

CORSINO

J’ai appris que Nanci était mal.

LA MÈRE

Merci d’être venu. Votre fils...

• N° 18 : AIR ET SCÈNE

CORSINO, n’écoutant pas et s’approchant de Nanci

Bonjour, Nanci,
bonjour et au revoir.
Je vais partir,
je dois retourner d’où je viens,
l’Italie m’attend.
Tu guériras, Nanci,
et ton frère sera compositeur.
Il étonnera le monde.
Mon fils est mort,
c’est son amour qui l’a tué.

ESTELLE, faisant irruption

Ils sont là, colonel, je viens de les voir !

CORSINO

Mon fils est mort...

LA MÈRE, à l’oncle

Pars, n’attends plus !

CORSINO, continuant de s’adresser à Nanci

Je lui avais pourtant tout donné...

ESTELLE, à l’oncle

Venez, s’ils vous voient avec moi, ils n’oseront pas tirer.

CORSINO

Mon fils est mort...

L’ONCLE

Adieu. (Il sort précipitamment avec Estelle.)

CORSINO, indifférent au départ d’Estelle et de l’oncle

Mais il me reste la musique.
Elle est plus grande que la joie,
plus forte que la douleur,
plus vaste que l’amour.
Il faut chanter, Nanci,
chanter pour vaincre la mort.

• N° 19 : CHANSON

CORSINO

Il était une fontaine
A l’orée du bois
la ride don daine.
Ugolin et Madeleine
Surpris par le froid
S’y noient
la ride don da.

NANCI

Il était une fontaine...

LA MÈRE

Écoutez !

NANCI

... A l’orée du bois
la ride don daine.

LE PÈRE

Tu revis, ma petite Nanci !

NANCI

Ugolin et Madeleine...

LA MÈRE, à Nanci

Doucement, ma chérie, ne te fatigue pas...

NANCI et HECTOR

... Surpris par le froid
S’y noient
la ride don da.

CORSINO

Laissez-la.

LE PÈRE

C’est peut-être bon signe, après tout.

NANCI et HECTOR, puis LE PÈRE et LA MÈRE

Vous tous, n’ayez pas de peine
Conservez la foi
la ride don daine.
Aimez toujours votre reine
Aimez votre roi.

• N° 20 : FINALE

HECTOR, tout à coup, avec élan

J’irai chercher la voix perdue sous les glaces !

LE PÈRE

Hector ?

HECTOR

Je réinventerai le silence et le feu !

LE PÈRE

Hector !

LA MÈRE

Laissez-le.

HECTOR

Je ferai résonner les mers et les soleils.
Mon rêve sera plus fort que les cris et les masques,
il descendra le cours des rivières,
il dansera dans les nuits brûlantes
il dissipera le mensonge.
Ô mon théâtre,
fais-moi fuir les malades et les fous.
(Le père et la mère se tournent vers Nanci qui joue en silence.)
Dis-moi que ce monde n’est pas le seul possible.
Il faut aborder d’autres îles,
d’autres Italies !

HECTOR et CORSINO

Musicien, magicien !
L’univers ne sera qu’un rythme,
mon/son chant ne se taira plus,
vous l’entendrez/on l’entendra jusqu’à la fin des temps !

HECTOR

Musique, musique,
emmène-moi loin d’ici,
musique, musique,
prends-moi dans ton voyage.

HECTOR et CORSINO

Musique, musique,
laisse-moi/laisse-lui imaginer un monde nouveau...

HECTOR

... Celui de mes orages, celui de mon désir !
Musicien, magicien !
Mon chant ne se taira plus,
musique de mon désir,
musique de mes orages,
vous l’entendrez jusqu’à la fin des temps,
musique de mes orages,
musique de mon désir !

ESTELLE et L’ONCLE (au loin), LE PÈRE, LA MÈRE, NANCI, CORSINO et HECTOR

Musique, musique,
emmène-nous dans ton voyage.
Un monde nouveau va s’ouvrir à la vie.

F I N

C’est pour nous un honneur de reproduire sur ce site le livret des Orages désirés et les textes qui l’accompagnent. Nous remercions vivement notre ami Christian Wasselin de nous avoir envoyé tous ces textes.

Site Hector Berlioz créé par Michel Austin et Monir Tayeb le 18 juillet 1997; Page Les Orages désirés créée le 6 mars 2009.

© 2003-2009 Christian Wasselin. Tous droits de reproduction réservés.

Retour à la Contributions originales à ce site et autres articles

Back to Original contributuions to this site and other articles page