Le Monde Illustré  No 100. 12 Mars 1859 [p. 166-167]

 

Mémoires d’un musicien 1.

(Suite.)
_______

XLIV

La censure papale. — Ma rentrée en France. — Préparatifs de concert. — Je reviens à Paris. — Exécution du monodrame au Conservatoire.

     Une autorisation spéciale de M. Horace Vernet m’ayant permis, ainsi que je l’ai dit, de quitter Rome six mois avant l’expiration de mes deux ans d’exil, j’allai passer la première moitié de ce semestre chez mon père, avec l’intention d’employer la seconde à organiser à Paris un ou deux concerts, avant de partir pour l’Allemagne, où le règlement de l’Institut m’obligeait de voyager pendant un an. Mes loisirs de la côte Saint-André furent employés à la copie des parties d’orchestre du monodrame écrit pendant mes vagabondages en Italie, et qu’il s’agissait maintenant de produire à Paris. J’avais fait autographier les parties de chœur de cet ouvrage, à Rome, où le morceau des Ombres fut l’occasion d’un démêlé assez plaisant avec la censure papale. Le texte de ce chœur, dont j’ai déjà parlé, était écrit en langue inconnue2, langue des morts, incompréhensible pour les vivants. Quand il fut question d’obtenir de la censure romaine la permission de l’imprimer, le sens des paroles chantées par les ombres embarrassa beaucoup les philologues. Quelle était cette langue et que signifiaient ces mots étranges ? On fit venir un Allemand, qui déclara n’y rien comprendre. Un Anglais ne fut pas plus heureux. Les interprètes danois, suédois, russes, espagnols, irlandais, bohèmes, y perdirent leur latin ! Grand embarras au bureau de censure ; l’imprimeur ne pouvait passer outre et la publication restait suspendue indéfiniment. Enfin un des censeurs, après des réflexions profondes, fit la découverte d’un argument dont la justesse frappa tous ses collègues. « Puisque les interprètes allemands, anglais, russes, espagnols, danois, suédois, irlandais et bohèmes ne comprennent pas ce langage mystérieux, dit-il, il est assez probable que le peuple romain ne le comprendra pas davantage. Nous pouvons donc, ce me semble, en autoriser l’impression, sans qu’il en résulte de grands dangers pour les mœurs ou pour la religion. » Et le chœur des Ombres fut imprimé. Censeurs imprudents ! Si c’eût été du sanscrit !...

     En arrivant à Paris, l’une de mes premières visites fut pour Cherubini. Je le trouvai excessivement affaibli et vieilli. Il me reçut avec une affectuosité que je n’avais jamais remarquée dans son caractère. Ce contraste avec ses anciens sentiments à mon égard m’émut tristement ; je me sentis désarmé. « Ah ! mon Dieu ! me dis-je, en retrouvant un Cherubini si différent de celui que je connaissais, le pauvre homme va mourir ! » Je ne tardai pas, on le verra plus tard, à recevoir de lui des signes de vie qui me rassurèrent complétement.

.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .
.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .

    A peine installé, j’appris avec un trouble inexprimable que le Théâtre-Anglais allait recommencer ses représentations dans la salle Favart.

.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .

    Mais les noms shakespeariens eurent beau étaler chaque jour sur les murs de Paris leurs charmes terribles, je résistai à la séduction. J’étais venu pour faire entendre mon nouvel ouvrage (Lelio ou le Retour à la vie), j’avais besoin de toute my liberté d’espirit pour en préparer l’exécution ; je me renfermai courageusement dans l’accomplissement de ma tâche, et le concert s’organisa.

    Ce fut le 9 décembre 1832 qu’eut lieu, au Conservatoire, cette matinée musicale dont un concours inouï de hasard fit le moment le plus dramatique de ma vie. On représente souvent sur les théâtre des scènes en apparence invraisemblables, qui le sont beaucoup moins que le double drame dont je fus ce jour-là l’auteur el l’acteur.

.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .
.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .
.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .

     J’avais un magnifique orchestre, dirigé par Habeneck. Le programme se composait de ma Symphonie fantastique, suivie du monodrame de Lelio, qui est le complément de cette œuvre et forme la seconde partie de l’Episode de la vie d’un artiste.

    On n’exécuta pas Lelio dramatiquement, ainsi qu’on l’a fait plus tard en Allemagne, il faut un théâtre pour cela, mais seulement comme une composition de concert mêlée de monologues. Boccage lisait le rôle de Lelio.

    La Scène aux champs (que j’avais recomposée à Rome) et la Marche au supplice de la symphonie firent une impression très-vive.

    C’était alors le temps des grandes ardeurs du public dans cette salle du Conservatoire d’où je suis exclus aujourd'hui !...

    Une sensation bien plus grande encore, et d’un tout autre genre, fut produite par deux passages du rôle de Lelio :

     « Oh ! que ne puis-je la trouver, cette Juliette, cette Ophélie, que mon cœur appelle ! Que ne puis-je m’enivrer de cette joie mêlée de tristesse que donne le véritable amour, et un soir d’automne, bercé avec elle par le vent du Nord, sur quelque bruyère sauvage, m’endormir enfin dans ses bras d’un mélancolique et dernier sommeil ! »   .    .    .    .    .    .    .    .    .

.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .

     « Mais les plus cruels ennemis du génie sont ces tristes habitants du temple de la routine, prêtres fanatiques, qui sacrifieraient à leur stupide déesse les plus sublimes idées neuves, s’il leur était donné d’en avoir jamais ; ces jeunes théoriciens de quatre-vingts ans, vivant au milieu d’un océan de préjugés, et persuadés que le monde finit avec les rivages de leur île ; ces vieux libertins de tout âge qui ordonnent à la musique de les caresser, de les divertir, n’admettant point que la chaste muse puisse avoir une plus noble mission ; et surtout ces profanateurs qui osent porter la main sur les ouvrages originaux, leur font subir d’horribles mutilations qu’ils appellent corrections et perfectionnements, pour lesquels, disent-ils, il faut beaucoup de goût. Malédiction sur eux ! Ils font à l’art un ridicule outrage ! Tels sont ces vulgaires oiseaux qui peuplent nos jardins publics, se perchent avec arrogance sur les plus belles statues, et quand ils ont sali le front de Jupiter, le bras d’Hercule ou le sein de Vénus, se pavanent, fiers et satisfaits, comme s’ils venaient de pondre un œuf d’or. »  .    .    .    .    .    .    .    .

.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .
.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .

    Je regrette de ne pouvoir raconter ici les suites étranges et romanesque de ce concert. On ne peut pas tout dire en tout temps, et je ne fais pas mes confessions.    .    .    .    .    .

.     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .     .    .

1 La traduction et la reproduction sont interdites. 
2 J’y ai depuis lors adapté des paroles françaises, réservant l’emploi de la langue inconnue pour le pandemonium de la Damnation de Faust seulement.

HECTOR BERLIOZ.          

 

Site Hector Berlioz créé le 18 juillet 1997 par Michel Austin et Monir Tayeb; 
Page Hector Berlioz: Mémoires d’un musicienLe Monde Illustré 1858-1859 créée le 15 janvier 2010; cette page ajoutée le 5 septembre 2011.

© Monir Tayeb et Michel Austin. Tous droits de reproduction réservés.

Retour à la page principale Hector Berlioz: Mémoires d’un musicienLe Monde Illustré 1858-1859
Retour à la Page d’accueil

Back to main page Hector Berlioz: Mémoires d’un musicienLe Monde Illustré 1858-1859
Back to Home Page