The Hector Berlioz Website - Site Hector Berlioz

MÉMOIRES

de

HECTOR BERLIOZ

Préface

Londres, 21 mars 1848.

    On a imprimé, et on imprime encore de temps en temps à mon sujet des notices biographiques si pleines d’inexactitudes et d’erreurs, que l’idée m’est enfin venue d’écrire moi-même ce qui, dans ma vie laborieuse et agitée, me paraît susceptible de quelque intérêt pour les amis de l’art. Cette étude rétrospective me fournira en outre l’occasion de donner des notions exactes sur les difficultés que présente, à notre époque, la carrière des compositeurs, et d’offrir à ceux-ci quelques enseignements utiles.

    Déjà un livre que j’ai publié il y a plusieurs années, et dont l’édition est épuisée, contenait, avec des nouvelles et des fragments de critique musicale, le récit d’une partie de mes voyages. De bienveillants esprits ont souhaité quelquefois me voir remanier et compléter ces notes sans ordre.

    Si j’ai tort de céder aujourd’hui à ce désir amical, ce n’est pas, au moins, que je m’abuse sur l’importance d’un pareil travail. Le public s’inquiète peu, je n’en saurais douter, de ce que je puis avoir fait, senti ou pensé. Mais un petit nombre d’artistes et d’amateurs de musique s’étant montrés pourtant curieux de le savoir, encore vaut-il mieux leur dire le vrai que de leur laisser croire le faux. Je n’ai pas la moindre velléité non plus de me présenter devant Dieu mon livre à la main en me déclarant le meilleur des hommes, ni d’écrire des confessions. Je ne dirai que ce qu’il me plaira de dire ; et si le lecteur me refuse son absolution, il faudra qu’il soit d’une sévérité peu orthodoxe, car je n’avouerai que les péchés véniels.

    Mais, finissons ce préambule. Le temps me presse. La République passe en ce moment son rouleau de bronze sur toute l’Europe ; l’art musical, qui depuis si longtemps partout se traînait mourant, est bien mort à cette heure ; on va l’ensevelir, ou plutôt le jeter à la voirie. Il n’y a plus de France, plus d’Allemagne pour moi. La Russie est trop loin, je ne puis y retourner. L’Angleterre, depuis que je l’habite, a exercé à mon égard une noble et cordiale hospitalité. Mais voici, aux premières secousses du tremblement de trônes qui bouleverse le continent, des essaims d’artistes effarés accourant de tous les points de l’horizon chercher un asile chez elle, comme les oiseaux marins se réfugient à terre aux approches des grandes tempêtes de l’Océan. La métropole britannique pourra-t-elle suffire à la subsistance de tant d’exilés ? Voudra-t-elle prêter l’oreille à leurs chants attristés au milieu des clameurs orgueilleuses des peuples voisins qui se couronnent rois ? l’exemple ne la tentera-t-il pas ? Jam proximus ardet Ucalegon ! ... Qui sait ce que je serai devenu dans quelques mois ?... je n’ai point de ressources assurées pour moi et les miens... Employons donc les minutes ; dussé-je imiter bientôt la stoïque résignation de ces Indiens du Niagara, qui, après d’intrépides efforts pour lutter contre le fleuve, en reconnaissent l’inutilité, s’abandonnent enfin au courant, regardent d’un œil ferme le court espace qui les sépare de l’abîme, et chantent, jusqu’au moment où saisis par la cataracte, ils tourbillonnent avec le fleuve dans l’infini.

 

 Retour à la page d’accueil Mémoires